Oh My Doc !
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Événement 8 mars 2022

Rencontre autour de « Soy Libre » de Laure Portier

Ce Samedi 12 mars à 20H30 au cinéma Saint-André des Arts : rencontre avec la réalisatrice Laure Portier, animée par Sophie Dufau (jurée du label Oh my doc ! pour Mediapart).

Oh My Doc !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Date

Du 12 mars 2022 au 12 mars 2022

Lieu

Cinéma Saint-André des Arts 30 rue Saint-André-des-Arts, 75006 Paris


Soy libre est un documentaire étonnant. Son personnage principal est un individu non-exemplaire, une de ces personnes que l’on ne rencontre pas beaucoup dans les documentaires. La forme aussi n’est pas classique : la réalisatrice dialogue avec le principal protagoniste qui s’empare par moment de la caméra.

Bande annonce | SOY LIBRE de Laure Portier © ACID CinéIndépendant

Laure Portier filme durant des années son petit frère, Arnaud, jusqu’au jour où elle s’est rendu compte « qu’il était déjà grand ». Ça commence, raconte-t-il, dans les Deux-Sèvres, dans la cité où il vit, enfermé, au sein d’un foyer où le père est absent et la mère, violente. « Une mère qui t’aime que quand t’es dans la merde. » Un jeune désœuvré dans un milieu qu’on devine défavorisé, qui connaitra les familles d’accueil, les foyers, la psychiatrie, les services de police et la pénitentiaire.

En 2012, la réalisatrice apprend qu’il est à la prison des Baumettes à Marseille et là, c’est « l’urgence que quelque chose se passe ». La caméra sera là. Car « ce film est fait pour Arnaud, explique la réalisatrice. Lorsque nous étions enfants, j’étais la mignonne petite fille et Arnaud, c’était la tornade. On attendait toujours la prochaine connerie qu’il allait faire. Le regard des adultes l’enfermait dans cette attente. Et il finissait par faire une connerie, comme pour leur donner raison. »

Au sortir des Baumettes, Arnaud décide de partir en Espagne, à Alicante. Il y apprend la langue, la rue et se filme. Puis se sera le départ au Pérou, toujours plus loin, avec la caméra toujours.

Au-delà d’un portrait voire d’un itinéraire de vie, ce documentaire est aussi un face à face entre une réalisatrice et son personnage, chacun discutant sa place et celle de l’autre. Chacun étant à son tour insupportable, aux yeux de l’autre et à nos yeux aussi. Car c’est du rapport frère-sœur dont il est question : « De la complicité, la rivalité et la chamaillerie. De l’amour fraternel », explique Laure Portier.

Dans un montage ciselé, où ce n’est pas la chronologie qui dicte l’ordre des scènes mais plutôt la tension émotionnelle, on suit la quête d’un rêve, somme tout banal : « Avoir une maison à la campagne, une femme, beaucoup d’enfants et une vie libre ». Arnaud, dont les touchants dessins ponctuent sa vie et ce film le représente d’ailleurs ainsi :

Comment sortir de l’assignation ? Peut-on fuir sa prison intérieure ? Le cinéma et l’art peuvent-ils aider à se reconstruire ? Dans ce face-à-face sans concession entre un frère et sa sœur, ce sont les questions vitales que Soy Libre aborde.   

Sophie Dufau, journaliste à Mediapart

Soy Libre. France, Belgique. 2021. 78 minutes. Réalisatrice Laure Portier. En salle le 9 mars 2022.

Ce film a été notamment primé l’an passé au Brussels International Film Festival, au Zurich Film Festival. Il a reçu le label “Oh my doc !” créé en 2020 par France Culture, la Cinémathèque du documentaire, l’association Les Écrans, la plateforme Tënk et Mediapart afin de chaque mois soutenir la sortie en salle d’un documentaire remarquable.

Je serai, au titre de Mediapart et du label Oh my doc ! en débat avec la réalisatrice Laure Portier au cinéma Saint André des arts à Paris lors de la séance de 20h30 samedi 12 mars.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils