Le guarana (Paullinia cupana)

De son nom scientifique « Paullinia cupana », le guarana appartient à la famille des Sapindaceae. C’est un arbuste originaire d’Amazonie, présent et cultivé plus particulièrement au Paraguay, au Brésil, en Colombie, au Pérou et au Venezuela. Ces pays lui apportent le climat dont la plante a besoin : tropical, chaud et humide.

guarana

Ses fruits rouges pointés de noir ressemblant étrangement à des yeux la rend particulièrement attirante. C’est d’ailleurs du terme amérindien « waranà », qui signifie « comme les yeux des personnes », que le guarana tire son nom. Ce sont les feuilles et les graines qui sont utilisées en phytothérapie car elles contiennent des principes actifs aux propriétés médicinales reconnues.

Les propriétés médicinales du guarana

Les graines de guarana contiennent de la caféine en grande quantité  (ou guaranine), des vitamines et d’autres principes actifs tels que la théophylline et la théobromine, qui font de lui un excellent tonique et stimulant de l’organisme.

La plante a d’abord été utilisée pendant des siècles par les Indiens du nord du Brésil, notamment pour réduire la fièvre, soigner les maladies intestinales, les maux de tête, les douleurs musculaires…

Aujourd’hui, le guarana est un très bon allié en cas de fatigue ou d’asthénie car il développe les performances mentales et/ou physiques. Il favorise la concentration et sa consommation est particulièrement recommandée chez les étudiants pour combattre le stress et la fatigue lors des examens.

En plus d’agir sur le mental, le guarana contribue à recharger l’organisme, propriété intéressante pour les athlètes et les personnes épuisées qui ont besoin de se sentir mieux et de récupérer après des efforts intenses, une maladie ou une opération.

Le guarana améliore le système circulatoire et maintient les artères en bonne santé, éloigne la dépression, les problèmes d’impuissance sexuelle, les maux de tête, l’anorexie, la fièvre ordinaire, la fièvre typhoïde et le paludisme.

C’est un très bon régulateur gastro-intestinal qui peut aider à soulager en cas de problème de transit instestinal. Il diminue les gaz, guérit les blessures, favorise le sommeil, prévient l'artériosclérose et protège le foie. Également surnommé « l’élixir de longévité », le guarana ralentit enfin le processus de vieillissement.

Les contre-indications et effets secondaires du guarana

Le guarana n’est pas recommandé chez les femmes enceintes, les jeunes enfants et les personnes qui se sont vu prescrire de l’éphédrine, car il peut provoquer des arythmies et des crises cardiaques. De manière générale, le guarana ne doit pas être consommé par les personnes souffrant de maladies cardiovasculaires ou d’hypertension, ainsi que de maladies rénales, d’hyperthyroïdie et de troubles anxieux.

C’est pourquoi vous devez toujours consulter un médecin avant de commencer votre prise de guarana, qui doit être limitée dans le temps pour éviter l’apparition d’effets secondaires, très rares mais possibles, tels que :
•    augmentation de la pression artérielle ;
•    nervosité ,
•    problèmes d’insomnie ;
•    irritations gastriques ;
•    palpitations et accélération de la respiration ;
•    maux de têtes ; même si le guarana a généralement un effet bienfaisant sur les migraines, il peut, au contraire, les déclencher chez certaines personnes ;
•    vomissements ;
•    crampes musculaires ou abdominales.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.