123phyto
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 févr. 2019

Les champignons dits de santé peuvent-ils être considérés comme des médicaments ?

Les champignons sont utilisés dans la médecine orientale depuis des siècles pour traiter tout, de l'asthme à la goutte. De nos jours ils sont commercialisés en Occident comme des champignons médicinaux capables de prévenir certaines maladies ou de stimuler les fonctions cérébrales, mais il existe relativement peu d'essais sur l'homme pour étayer ces affirmations. Voici ce que la science en dit.

123phyto
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il existe plus de 2 000 espèces de champignons comestibles sur la planète, mais beaucoup d’entre nous ne connaissons probablement que quelques espèces. Cuisiner des champignons de Paris peut sembler familier en France, mais dans d’autres parties du monde, notamment en Asie, ce sont les soupes et les ragoûts contenant du shiitake ou du maitake qui le sont. On peut parler de produits du terroir.

Pourquoi les champignons sont si appréciés ?

Les champignons sont appréciés des consommateurs parce qu'ils sont sains et faibles en calories, mais les champignons offrent bien plus que cela.

Ils se composent de dizaines de nutriments comme le sélénium, la vitamine D, le potassium et surtout des composés spécifiques appelés bêta-glucanes, qui peuvent aider à combattre l'inflammation dans le corps. L'inflammation chronique peut contribuer à de nombreuses maladies du vieillissement, telles que le cancer, la maladie de Parkinson et la démence.

Où en est la recherche ?

En laboratoire, les chercheurs ont rapporté toutes sortes d'avantages prometteurs pour les champignons, allant de la réduction du cancer dans les cellules humaines à la réduction de la résistance à l'insuline chez les souris diabétiques.

Mais la recherche sur les humains n'a pas été aussi prolifique. La plupart des champignons comestibles contiennent des niveaux élevés de nutriments et d'antioxydants, sont riches en fibres et pauvres en cholestérol, et peuvent nous aider à perdre du poids si nous les privilégions à des aliments moins sains. Mais certains semblent contenir des propriétés qui pourraient potentiellement bénéficier à la santé humaine. Voici quelques champignons sélectionnés et ce que la science en dit :

  • les extraits de champignons Shiitake (Lentinus Edodes) semblent aider à prolonger la vie des patients atteints de cancer de l'estomac subissant une chimiothérapie, les médecins japonais les prescrivent à présent. Les extraits de ce champignon largement consommé peuvent aider les humains à améliorer leur système immunitaire, tuent certains virus en laboratoire et améliorent les microbes intestinaux chez la souris.
  • le Maitake ou Grifola Frondosa semble aider à améliorer le système immunitaire chez certains patients atteints de cancer et à réduire la glycémie chez le rat.
  • Ganoderma Lucidum (Reishi) réduirait l'obésité chez les souris en modifiant leurs bactéries intestinales.
  • Hericium erinaceus. Il a été démontré que ce champignon inhibe la croissance des cellules cancéreuses humaines et protègent contre la neurodégénérescence en laboratoire et chez la souris.
  • Pleurotus ostreatus. En laboratoire, des extraits de ce champignon semblent inhiber la croissance des cellules cancéreuses du sein et du côlon.

Un site les détaille les uns après les autres, vous y trouverez plus d’informations détaillées : https://champignon-sante.fr/

Il est difficile de tirer de grandes conclusions sur l'impact de ces extraits sur un large éventail de personnes, car les études ont été modestes et ciblées sur des populations spécifiques.

Mais cela n’a pas empêché l’industrie des compléments alimentaires de se baser sur les informations concernant les bénéfices présumés pour la santé des champignons. Il existe des thés, des cafés et des pilules contenant des extraits de champignons qui promettent de réduire le stress ou de stimuler votre cerveau.

Conclusion

Malheureusement, au risque de conformisme, si vous n’avez pas une bonne hygiène de vie, une alimentation saine et équilibrée avec des exercices physiques réguliers, aucun aliment magique ne vous permettra d’éviter les maladies.

Peut-être qu'un jour la science sera en mesure de prouver que les champignons peuvent aider à prévenir et à traiter les maladies. En attendant, les champignons sont vraiment délicieux, alors pourquoi ne pas en ajouter quelques-uns à votre alimentation?

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Raphaël Arnault, l’antifa qui veut être député
L’ancien porte-parole du collectif Jeune Garde se présente dans la deuxième circonscription de Lyon, avec le soutien du NPA, face au candidat désigné par la Nupes, l’ancien marcheur Hubert Julien-Laferrière. L’ultime métamorphose d’un antifascisme nouvelle génération. 
par Mathieu Dejean
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa