sirine.alkonost
Perche Brandie
Abonné·e de Mediapart

67 Billets

0 Édition

Portfolio 2 oct. 2022

sirine.alkonost
Perche Brandie
Abonné·e de Mediapart

Iran- Place de la République, Paris donne de la voix pour l'Iran

Quelques clichés, et un compte rendu forcément subjectif de la manifestation de soutien au peuple iranien organisée le 02/10/2022 à Paris.

sirine.alkonost
Perche Brandie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. En Iran, beaucoup ont l'impression que la France les a lâchés. La photo de la poignée de main Macron-Raïssi, et les policiers gazant des manifestants près de l'ambassade d'Iran, en plus de la relativement faible couverture médiatique, mâtinée de surcroît de récupération politique (dans le débat sur le port du voile en France), n'ont pas arrangé cette perception.

    Cette après-midi, à 17:00, heure d'Iran (l'heure à laquelle la rue se donne chaque jour rendez-vous avec son avenir), plusieurs milliers de parisiens (dont beaucoup de non iraniens) se sont employés à rétablir la situation.

  2. C'était un bel élan, malgré un moment embarrassant, évidemment immédiatement (et hélas prioritairement) repris sur les réseaux sociaux, où la foule a jugé bon de huer (manifestement pour des raisons n'ayant rien à voir avec le soutien qu'ils apportaient à la cause, mais tout à voir avec des désaccords idéologiques, potentiellement légitimes, mais de toute évidence propres à la vie politique française) des intervenants issus de partis Politiques, venus exprimer leur solidarité en criant "Femme, vie, liberté" au micro avec les manifestants.

    Alors oui, peut-être qu'ils (surtout elles, en fait, puisqu'il y avait principalement des femmes, du PS, d'EELV et de LFI) le faisaient certainement aussi pour se montrer sous un jour favorable dans les médias, mais de là à hurler à la récupération politique, à couvrir leurs voix avec des huées et à leur refuser droit de s'exprimer devant la foule...

    En les écoutant, ces hommes (j'ai vu des vidéos avec des femmes qui huent aussi, mais de mon côté, c'étaient exclusivement des hommes) droits dans leurs bottes et vociférant pour faire taire des femmes (bon OK, des femmes et Olivier Faure) qui cherchaient à faire entendre leur voix dans une manifestation dont les mots d'ordre était littéralement "femme-vie-liberté" et "soyons leur voix", bref, en les écoutant (et avant de finalement intervenir auprès de certains d'entre eux), j'ai repensé au texte que j'ai mis en ligne ce matin sur ce même blog (billet intitulé "du côté de la Vérité").

    Dans ce texte, un habitant de Téhéran dont j'avais déjà traduit certains messages dans des billets précédents, parlait de ceux qui veulent réellement aider le peuple d'Iran, et ceux qui ne veulent pas.

    Je suis certaine que les hurleurs de cette après midi, pensaient vouloir aider. Après tout, ils avaient fait le déplacement. Mais ils voulaient avant tout protéger leur propre opinion, qui semblait leur importer bien davantage, même dans ce moment de communion dans la protestation, que la raison même de leur présence parmi nous. 

  3. Je suis sûre que l'homme qui m'a hurlé dessus, quand j'ai demandé qu'il laisse les intervenantes s'exprimer, ne pensait pas à mal quand il vociférait à 5 cm de mon visage "Non, NON, pas la France Insoumise ! Pas de récupération politique ! ".

    Mais quand je l'ai appelé à la décence, au nom des Iraniens, qui manifestent en Iran pour leur liberté, et risquent tout pour faire entendre leur voix pendant que nous ne risquons rien en leur prêtant les nôtres, et que j'ai dit que c'était un comportement insultant pour eux, il m'a répondu "et qu'est ce que vous en savez, vous êtes iranienne, vous ? ".

    J'ai dit oui.

  4. Je ne crois pas qu'il était mauvais, dans le fond. Juste incapable de voir plus loin que sa haine pour un parti politique (dans son cas La France Insoumise, mais d'autres ont hué avec autant de véhémence les représentants du PS et d'EELV)...


    Donc je pense vraiment que c'était juste de la maladresse quand il a rétorqué, pris au dépourvu et sans doute un peu piqué au vif:


    "ah vous êtes iranienne, et bien alors, alors taisez-vous !" 

  5. C'était un moment embarrassant. Mais il est passé. La foule a entonné plusieurs fois en Persan "Baraayé", le nouvel hymne devenu viral juste avant que son auteur Shervin Hajipour ne soit arrêté par la police (il n'a pas encore refait surface à ce jour). Des femmes ont coupé leurs cheveux et brûlé des foulards, c'était comme une sorte d'hommage par le mimétisme. J'avais peur que ce soir obscène, mais non, c'était sincère et un peu innocent. 

  6. On entendait des Iraniens se plaindre en Persan que nos slogans étaient trop timorés, que nous avions plus peur que ceux qui sont sur place, mais je crois que les slogans unitaires (Femme-vie-liberté, Homme-patrie-prospérité, "Mahsa, ton nom est notre code" , etc) parlaient simplement davantage aux nombreux non-iraniens peu familiers de la vie politique iranienne, et qui ne savaient pas trop prononcer "Khamenei" (don't la marionnette un peu défoncée était, tout de même, promenée sur une pique.)

    Mention spéciale, tout de même, au rafraîchissant  "Guide Suprême, t'es foutu, les femmes sont dans la rue". 

  7. Quelques personnes circulaient aussi en distribuant des formats A3 à brandir (photos, dessins, slogans) pour les moins prévoyants d'entre nous. Certains avaient pensé à imprimer les paroles de la chanson "Baraayé", parce que c'est une longue énumération, c'est long de tout retenir dans l'ordre. 

    La pluie a accompagné le cortège dès qu'il a quitté la place de la République, mais sans décourager les porteurs de pancartes et banderoles, où les slogans, photos et dessins de presse qui circulent sur les réseaux sociaux depuis deux semaines étaient abondamment reproduits.

  8. On y retrouvait notamment la fameuse photo de Macron avec Raïssi, brandie avec rage par des citoyens indignés. 

    J'espère que cela aura au moins suffi à rassurer le peuple iranien sur le fait que les français ne partagent pas (tous) l'indifférence et le cynisme d'état de leurs dirigeants, que leurs vies comptent, et que nous continuerons à être leurs voix.

    ------------------------

    La presse française n'a pas encore relayé grand chose, à part les sifflets à Sandrine Rousseau... Mais il y a quand même un article de RFI en anglais, là:

    https://www.google.com/amp/s/amp.rfi.fr/en/international-news/20221002-woman-life-freedom-thousands-march-in-paris-to-back-iran-protests

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
Journal
La ministre Caroline Cayeux démissionne en raison d’un patrimoine « sous-évalué »
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart