Projection débat du film "Devaquet si tu savais"

30 ans de luttes contre la privatisation de l’Université Que nous apprend le mouvement étudiant contre le projet Devaquet ? (1986) Organisé par "Sciences-pop" Saint Denis, la Cité des mémoires étudiantes et le Germe, avec F. Kandel, R. Morder, K. Yon, A. Colombani.

1er décembre, projection de Devaquet si tu savais

Avec l’association « Sciences-Pop » de Saint Denis, projection du film Devaquet si tu savais(1988) suivi d’un échange avec :

  • Francis Kandel, réalisateur avec Franck Schneider de Devaquet si tu savais.
  • Robi Morder  Président du Germe, Chargé d’enseignement en droit et sciences sociales à l’UVSQ
  • Karel Yon, Sciences-Pop Saint-Denis, Chargé de recherches CNRS en sociologie à Lille 2
  • Et Annouk Colombani, Solidaires étudiant – e – s de l’université Paris 8
  • (télécharger l’invitation ,  PDF)

30 ans de luttes contre la privatisation de l’Université Que nous apprend le mouvement étudiant contre le projet Devaquet ? (1986)

En 1986, le ministre Alain Devaquet présente un projet de réforme de l’université. Ses maîtres mots : sélection, hausse des droits d’inscription, autonomie. Déjà le vent libéral se levait. Mais en moins de quatre semaines, du 17 novembre au 10 décembre 1986, une puissante grève générale étudiante et lycéenne obligeait le gouvernement à retirer son projet et ceux qui allaient suivre, comme celle du Code de la nationalité. Il a fallu pour cela – malgré la répression qui fit des centaines de blessés et l’assassinat de l’étudiant Malik Oussékine – que le mouvement s’organise en Assemblées générales, élisant des délégués et des coordinations, forçant à l’unité toutes les organisations autour de ses revendications, s’adressant à la population toute entière, évite les pièges des provocations gouvernementales et de la division.

Dans d’autres pays d’Europe et d’Amérique, au même moment des réformes similaires ont suscité des mobilisations : Mexique, Espagne, Italie, Canada.

D’autres combats ont été menés depuis, avec des victoires contre le « SMIC jeunes » en 1994 ou le Contrat première embauche en 2006, mais aussi des échecs. Si la réforme Devaquet a été la dernière tentative de réforme sélective globale de l’université, en trente ans, par petites touches, morceau après morceau, insidieusement la logique libérale sape les bases du service public.

Revenir sur 1986 permet de penser la résistance sociale en 2016. Comment s’est véritablement constituée l’auto-organisation des étudiants ? Quelles revendications ont permis de gagner ? L’indépendance vis-à-vis des partis politiques ? La place des syndicats ? Comment le lien s’est-il fait avec le monde du travail ? Qu’est-ce qui a changé ces 30 dernières années ?

La Cité des mémoires étudiantes, le Groupe d’études et de recherches sur les mouvements étudiants (GERME) et Sciences POP vous invitent à en débattre à l’occasion de la projection du documentaire « Devaquet, si tu savais ».

Cinéma l’Ecran 14 Passage de l’Aqueduc, 93200 Saint-Denis

Le film :

« Décembre 1986, un mouvement de grève d’étudiants et de lycéens, le plus important depuis Mai 1968, obtient le retrait du projet de la loi Devaquet sur l’enseignement. En trois semaines, des centaines de milliers de jeunes mobilisés autour d’une seule revendication, ont fait plier un gouvernement intransigeant et maladroit. Jour après jour, le film retrace le fil des événements de ces semaines de grève. Ce documentaire n’a pas la prétention de tout dire ni de tout expliquer, mais de rappeler ce que certains aimeraient oublier… »

A voir ou revoir, entre les 8èmes journées archives et mémoires étudiantes des 17-19 novembre et la rencontre du 3 décembre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.