Dominique BOURZEIX
Abonné·e de Mediapart

45 Billets

0 Édition

Événement 8 avr. 2022

La danse des grues à Bobigny

Sur le site de l'ex-centre commercial Bobigny 2, dix grues, hautes de 50 à 70 mètres, sont mobilisées pour la construction du futur coeur de ville de Bobigny. La ville et la Cogedim ont proposé à la chorégraphe Kitsou Dubois de créer un ballet mécanique en mettant en mouvement ces monstres d'acier.

Dominique BOURZEIX
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Date

Le 11 avril 2022

Lieu

Place Jean Moulin ( esplanade de la Préfecture) à Bobigny

Réservation

Accès libre

Information

https://www.bobigny.fr/que-faire-a-bobigny/l-agenda-133/la-danse-des-grues-6266.html?cHash=95833a34782bf2ecaa70397d9a989adb


Deux artistes se penchent sur le berceau du nouveau cœur de ville de Bobigny

 Avec ses 100 000 mètres carrés, le chantier du nouveau cœur de ville de Bobigny est l’un des plus importants d’Ile-de-France. Pour relever le défis de cette reconstruction, 10 grues vertigineuses œuvrent au quotidien pour élever les murs de ce nouveau quartier, dessiner ses contours, construire ses perspectives.

 C’est cet environnement mêlant démesure et transformation vers un avenir en construction qui a inspiré deux artistes majeurs qui présentent, en avril, leurs créations au cœur de Bobigny.

Un ballet mécanique pour 10 grues

 À l’initiative de la ville de Bobigny et du groupe Altarea Cogedim, la chorégraphe Kitsou Dubois et le compositeur Alexandre Bouvier ont créé un ballet de 30 minutes pour les 10 grues du chantier Bobigny Cœur de ville.

 « L’objectif de ce spectacle est de proposer aux familles balbyniennes une performance spectaculaire dans l’espace public, poétique, accessible, gratuite et en résonance avec leur quotidien », déclare Claire Dupoizat, 2e adjointe au maire en charge de la culture de la ville de Bobigny.

 La création et la direction artistique du projet sont assurées par Kitsou Dubois, la « chorégraphe de l’apesanteur ». Elle a créé une chorégraphie à partir de l’éventail des mouvements possibles des grues et a mené le travail de répétition avec les grutiers. C’est elle qui dirigera la performance le jour J, sans « danseurs humains », mais uniquement avec des grues. Le compositeur Alexandre Bouvier a écrit, quant à lui, la musique du « ballet », mix de musiques concrètes, électroniques et de chant lyrique, qu’il jouera en direct.

 « Dix grues majestueuses, au centre de la ville, nous font lever les yeux vers le ciel : magie mécanique, vertiges des hauteurs, souvenirs d’enfance… déclare Kitsou Dubois. Elles sont lignes, flèches, directions. Le temps d’une soirée, sous la conduite des grutiers, elles vont s’illuminer, tourner, danser en solo, duo, trio au son de la musique électro »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine