François Piquemal
Violette, rose, verte, jaune, rouge et noire, bref Toulouse. Donner des éclats d'écologie et de solidarité à la capitale de la chocolatine.
Abonné·e de Mediapart

68 Billets

0 Édition

Événement 3 janv. 2016

Une "rénovation urbaine" pas très partagée.....

Conférence de Presse des locataires du 7 Place des Faons ce lundi 4 janvier 10h devant leur immeuble.

François Piquemal
Violette, rose, verte, jaune, rouge et noire, bref Toulouse. Donner des éclats d'écologie et de solidarité à la capitale de la chocolatine.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Date

Du 4 janvier 2016 au 4 janvier 2016

Lieu

7 Place des Faons, quartier des Izards, Toulouse.


Une « rénovation urbaine » pas très partagée...

Conférence de Presse des locataires du 7 Place des Faons ce lundi 4 janvier 10h devant leur immeuble.

Depuis septembre 2015 l'immeuble du 7 place des Faons est très médiatisé via la présence de 200 réfugié-e-s syriens qui sont entrés dans l'immeuble appartenant à Habitat Toulouse, alors que de très nombreux appartements étaient vides.

Cela car l'immeuble dans le cadre de la « rénovation urbaine » est promis à la démolition, alors qu'aucune preuve d'insalubrité n'a pu être avancée jusqu'ici. Cette démolition est d'autant plus contestable en pleine crise du logement, que la plupart des locataires ne la souhaitaient pas. En effet, s'ils ne sont plus qu'une quarantaine encore présents dans les lieux certains d'entre eux sont venus voir le DAL pour évoquer leurs problèmes. Après écoute, il s'avère qu'ils sont attachés à leur quartier et leur immeuble et qu'ils auraient largement préféré une réhabilitation à cette démolition dont ils ne perçoivent pas le sens.

Nous avons alors découvert qu'aucune réelle concertation avec les habitants n'avaient été effectuée par la Préfecture et Habitat Toulouse dans le cadre de ce projet de « rénovation urbaine ». Pourtant dans une récente interview (La Dépêche, 30/12/15), M. Biasotto, président d'Habitat Toulouse déclarait « Depuis mon arrivée, je me félicite que les conseils citoyens permettent pour la première fois de donner réellement la parole aux habitants. Car vous savez, un projet non partagé sera toujours un projet non accepté. ». Si nous le prenons au mot il faut croire que le projet de démolition n'a pas été très partagé et surtout pas avec les habitants....

Cela se ressent notamment dans le relogement souvent contraint imposé aux locataires qui est souvent une source supplémentaire d'inquiétude car ils n'ont droit qu'à trois choix, et sont dans l'obligation d 'accepter le dernier sous peine de se voir déchus de leur bail.

Pour expliquer et dénoncer cette situation les locataires du 7 Place des Faons soutenus par le DAL Toulouse31 vous donnent rendez vous ce lundi 4 janvier à 10h devant leur immeuble pour une conférence de presse. Nous enverrons ensuite une lettre au président d'habitat Toulouse pour demander une rencontre.

DAL Toulouse-31-No Vox International

Un toit c'est un droit !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart