La subjectivité et l'amour 2/2

Conférence-débat avec Anaïs Simon La subjectivité et l’amour 2/2
  • Date Le 27 janvier 2020
  • Lieu Casa Consolat 1 rue Consolat Marseille 1er
  • Réservation, inscription upop.info
  • Information Dans la mesure des places disponibles

 

 

upop-anais-simon-subjectivite2

 Suite de la conférence du 20 janvier 2020

Aimer peut au premier abord passer pour le sentiment le moins égoïste qui soit, le plus dédié à l’autre. Pourtant, à y regarder de plus près, l’amour est un sentiment qui n’est pas moins ambigu que le désir. Comme le chante Carmen, non seulement en effet « L'amour est un oiseau rebelle / Que nul ne peut apprivoiser / Et c'est bien en vain qu'on l'appelle / S'il lui convient de refuser ». mais encore « L'amour est enfant de bohème / Il n'a jamais, jamais, connu de loi / Si tu ne m'aimes pas, je t'aime / Et si je t'aime, prends garde à toi ». Autrement dit, l’amour est capricieux ; il ne s’intéresse à l’autre qu’à sa convenance, contrairement au respect que je dois à autrui quel que soit mon sentiment à son égard, que je l’apprécie ou pas. C’est dire que l’amour est amoral, sinon peut-être et paradoxalement immoral. Il y va de l’amant dans l’amour, avant que de l’être aimé. De là les passions destructrices dont traitent les grandes tragédies raciniennes. Mais à l’inverse ne peut-on mourir par amour ? Ne peut-on se sacrifier ? Par et dans l’amour, on s’oublierait soi-même.
L’amour fait des histoires, dans tous les sens de l’expression.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.