Portfolio

ON THE ROAD : 9/11 - Réactions à chaud en France, à Cuba, au Mexique ...

...“Il faudra penser dans une autre dimension, avec une autre vision.“… Amado Avendaño Figueroa (Gouverneur Zapatiste du Chiapas 1994)
  1. Du 14 septembre 2001, trois jours après ce qui allait devenir Le 9/11, alors que les poussières de la démolition des Tours du Trans World Center envahissaient l’atmosphère du Monde, je partais de Paris pour 6 mois de travail en voyage (Conférences / Projets éditoriaux .. ) à Cuba, au Mexique de DF au Yucatan des Mayas en passant par Le Chiapas des Zapatistes.

    Je m’étais proposé de recueillir des portraits de gens que j’allais rencontrer en chemin, “on the road“. D’un Mariachi sur une place de Mexico (Miguel Pintor Cerriteño) au dernier descendant de José Marti à La Havane (José Vicente Lanz), d’un cireur de chaussures au pied de l’église se San Cristobal de las Casas (Nico) au Sub-Commandante Marcos, ils acceptaient que je leur fasse un portrait et de répondre à quatre mêmes questions. Une variante du micro-trottoir en somme. J’avais fait un petit “recueil“ que je n’ai jamais publié, que je croyais même avoir perdu dans les méandres de mes mémoires numériques. Je l’avais appelé “ontheroad“. 35 portraits, 35 réactions dans "L'onde de choc“ du 9/11.

    En relisant le recueil, 19 ans après, dans le temps silencieux du confinement, une étrange résonnance s’est mise en place entre le Choc 9/11 et le Choc Coronavirus. Une ambiance particulière de tous les points de divergence peut-être. 

    Un Imagier-Auteur-Confiné

  2. José Diego Gaona Ordaz - José Diego Gaona Ordaz

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.