Portfolio

DÉ-VIS'ALGÉRIE(S) : CAMUS (1)

J'ai lié une intrigue avec ce pays, c'est-à-dire que j'ai des raisons de l'aimer et des raisons de le détester. Pour l'Algérie, au contraire, c'est la passion sans frein et l'abandon à la volupté d'aimer. Question: Peut-on aimer un pays comme une femme. Camus, Carnets (1964). Voir, surtout, Nedjma (1956) Kateb Yacine; l'Amour du pays, M'Algérie toujours, Poètes du Gers, CMCanada (2014). E'M.C
  1. Photo de gauche : Albert Camus et son frère Lucien, pupilles de la nation.

    Photo de droite : Camus lors de sa première communion

    Solitaire et solidaire, Catherine Camus, Lafon, 2009.

  2. Dans l'atelier de l'oncle tonnelier, Albert Camus, au centre, est âgé de sept ans. 

    Derrière lui, Étienne se tient debout, les bras croisés.

    Solitaire et solidaire, Catherine Camus, Lafon, 2009.

  3. Catherine-Marie Cardona, grand-mère de Camus.

                                       •

    Droite dans sa longue robe noire de prophétesse, ignorante et obstinée, elle du moins n'avait jamais connu la résignation. Et plus que tout autre, elle avait dominé l'enfance de Jacques.

    Le premier homme, A. Camus.

                                        •

    Votre mère faisait des ménages. Qui s'occupait de vous la journée ? " Ma grand-mère et rudement.

    Questionnaire de Carl A.Viggiani.

  4. Sa tante et son oncle Acault, devant leur boucherie, rue Michelet à Alger.

    Franc-maçon, ce dernier ouvre à l'adolescent sa bibliothèque.

    Camus dira de lui : "Il était le seul homme qui m'ait fait imaginer un peu ce que pouvait être un père."

    Solitaire et solidaire, Catherine Camus, Lafon, 2009.

  5. Catherine Sintès, mère d'Albert Camus.

                                       •

    Elle avait un visage doux et régulier, les cheveux de l'espagnole bien ondés et noirs, un petit nez droit, un beau et chaud regard marron. 

    (...) et sa mère telle qu'elle était demeurait ce qu'il aimait le plus au monde, même s'il l'aimait désespérément.

    Le premier homme.

                                     •

    J'aimais ma mère avec désespoir. Je l'ai toujours aimée avec désespoir. 

    Carnets - janvier 1942 mars 1951, Gallimard, 1964, page 178.

    Le premier homme, Albert Camus, roman autobiographique "inachevé", publié par sa fille chez Gallimard, en 1994.

    Retour(s), sur les traces d'une enfance de pied-noir algérien à la recherche du père, dont Jacques Comery est le narrateur. 

    Monogrammes, Camus, E'M.C

  6. La ferme Saint-Paul dans la commune, village agricole de Mondovi (1948-1962), renommée Dréan, - Wilaya d'El Tarf, sur la côte orientale de l'Algérie, à 25 kms au sud de la Wilaya d'Annaba - où naît Albert Camus, Le 7 novembre 1913. La ferme n'existe plus aujourd'hui n'existe plus aujourd'hui.

                                       •

    Dessin de Jean Brua, d'après une photo d'Edmond Brua, rédacteur en chef du Journal d'Alger.

     

     

  7. Carte de localisation du village agrico-côtier, Wilaya d'El-Tarf jouxtant celle d'Annaba.

  8. Plaque commémorative.

  9. Plaque commémorative apposée le 23 janvier 2012 par l'ambassadeur de France en Algérie Xavier Driencourt, avcompagné du Wali (préfet) d'El Tarf, Ahmed Mabed, au premier domicile algérien d'Albert Camus, à Drean, ex. Mondovi, à la frontière tunisienne.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.