E'M.C.
Pr.-Apprenant permane, assigné à résilience.
Abonné·e de Mediapart

487 Billets

3 Éditions

Portfolio 24 août 2018

KATEB YACINE L’ÊTRE À ALBERT CAMUS

1957, la guerre rage, le jeune Kateb Yacine, en exil à Paris, décide d’écrire fraternellement à Albert Camus, nouvel impétrant du Prix Nobel - poète intimant au Matrimoine de dégoupiller la copule du «Royaume» de son intenable attributif: le Royaume est l’Exil, le déminant de sa clause «J’aime la justice mais je défendrai ma mère avant la justice» au chiasmant: «Ma mère est la justice.» E’M.C.

E'M.C.
Pr.-Apprenant permane, assigné à résilience.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. Pinterest

    Mon cher compatriote,

    Exilés du même royaume nous voici comme deux frères ennemis,

    drapés dans l’orgueil de la possession renonçante,

    ayant superbement rejeté l’héritage pour ne pas le partager. 

    Mais voici que ce bel héritage devient le lieu hanté où sont assassinées jusqu’aux ombres de la Famille

    ou de la Tribu, selon les deux tranchants de notre Verbe pourtant unique.

    On crie dans les ruines de Tipaza et du Nadhor.

    Irons-nous ensemble apaiser le spectre de la discorde, ou bien est-il trop tard ?

    Verrons-nous à Tipaza et au Nadhor les fossoyeurs de l’ONU déguisés en Juges, puis en Commissaires-priseurs?

    Je n’attends pas de réponse précise et ne désire surtout pas que la publicité fasse de notre hypothétique co-existence des échos attendus dans les quotidiens. 

    S’il devait un jour se réunir un Conseil de Famille, ce serait certainement sans nous.

    Mais (il est peut-être) urgent de remettre en Mouvement les ondes de la Communication, 

    avec l’air de ne pas y toucher qui caractérise les orphelins devant la mère jamais tout à fait morte.

    Fraternellement, Kateb Yacine. 

                                          •

    Kateb Yacine, «Lettre à Albert Camus» in Éclats de mémoire, Albert Dichy et Mireille Djaïder, IMEC Éditions, 1994.

                                         •

    Voir, une vidéo où Kateb Yacine, interrogé sur ce point - faisait le parallèle entre William Faulkner et Albert Camus sur une plus nette vision des choses.

    Kateb Yacine, aplombant le Nadhor, lieu de filiation  à Tipaza plage d’empreintes romaines donnant sur  une partie de la Méditerranée, 

    lapidaire, répond: «Ma mère c’est la justice.» 

    précisant: «Nous ne faisons pas de différence entre notre mère et la justice»

                                            •

     

     

     

     

     

  2. Kateb Yacine

    Kateb Yacine «lettre à Albert Camus» dans Éclats de Mémoire de Albert Dichy et Mireille Djaïder, IMEC Éditions, 1994.

    Source image: Kateb Yacine 1956 - Autographing Nedjma / Albert Camus, Library of Congress

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef