Portfolio

Moris Farhi ou l'hymne à la vie

Lecture conférence autour de Les Enfants du Romanestan en présence de l'auteur. Maison de la Poésie, Paris, 22 octobre à 20h.
  1. A l’heure où l’Europe traverse des turbulences tant politiques que morales, avec des plongées vers des discours immondes, Moris Farhi nous rappelle l’épopée tragique des Roms d’Europe centrale. Son roman historique, Les Enfants du Romanestan, est une fable amère qui dénonce les cruautés exercées contre un peuple qui, jusqu’à aujourd’hui, continue d’errer et de subir incompréhension et intolérance.

    Moris Farhi est un sage au sens ancien du terme. Il prodigue raison et bienveillance. Son récit épique, inspiré d’événements réels, convoque à la fois la réflexion et l’émotion du lecteur. On en vient à se demander pourquoi, siècle après siècle, l’Europe entretient tant de haine à l’égard d’un groupe qui se nourrit de sa différence et se met en péril pour les mêmes motifs.

    Le protagoniste nommé Branko est aussi un sage, celui qui doit incarner le rêve, l’utopie, le Livre sacré des Tziganes.

     

    « Quand il eut atteint l’âge d’homme, il partit affronter Mara, le démon.

    Il élimina préjugés et ignorance en suivant le huitième chemin vers la lumière, celui qui permet de garder fermes vision, pensée, parole, action, humeur, détermination, compassion et concentration.

    Parvenu à sa pleine maturité, il était doté de toutes les connaissances sauf une, la grande révélation de la vérité absolue. 

    Pour l’acquérir, il alla au Vesh s’asseoir sous un figuier des pagodes. » (Les Enfants du Romanestan, trad. de l'anglais Martine Chard-Hutchinson & Agnès Chevallier, Bleu autour, 2016, p. 226)

     

    Farhi, qui a fui la Turquie à l’âge de 19 ans pour s’établir en Angleterre, qui tout au long de sa vie a combattu l’exclusion sous toutes ses formes et la xénophobie en particulier, qui dit avoir une âme tzigane, a produit là un document très fouillé alternant les époques et les visions, une œuvre dont la puissance narrative est empreinte de poésie sensuelle.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.