Voir tous
Voir tous
  • Édition Gare du Nord

    Gare du Nord, mars 2016

    Par
    La Gare du Nord entre six heures cinquante-cinq et sept heures quatre. Les rues et les bouches du métro sont encore vides. Quelques voyageurs et travailleurs se déplacent d’un pas décidé. Dans la porte d’une pizzeria, un SDF, un gueux pour lequel Victor Hugo aurait écrit une protestation, un fou dont Shakespeare aurait fait son Roi Lear, remue son corps au sortir de la nuit froide.
  • Édition Gare du Nord

    Gare du Nord, un, deux, trois, soleil !

    Par
    Paris, Gare du Nord, mercredi matin. Il y a des scènes qui me dérangent. Elles font partie du quotidien, certes. Elles se reproduisent dans d’autres lieux, d’autres gares, d’autres villes du monde, en toute probabilité. Il n’empêche que ces scènes-là me dérangent. Profondément. Faut-il donc passer son chemin ? Ne pas s’arrêter ? Ne rien faire ne rien dire ? Ne pas penser ?