CenS
Collectif formé pour la protection de l'environnement naturel, architectural et du citoyen
Abonné·e de Mediapart

32 Billets

0 Édition

Événement 5 mai 2017

La biodiversité… un autre regard sur le territoire et le paysage

Le collectif du Cirque de l’Essonne à Cœur organise le 20 mai 2017 de 10h à 17h la fête de la nature. Les habitants se mobilisent chaque année pour la protection des 134 hectares d'espaces naturels, agricoles et forestiers. L’événement est gratuit avec de nombreuses animations et restauration sur place. Venez découvrir et débattre des projets pour redonner vie à cet immense amphithéâtre naturel.

CenS
Collectif formé pour la protection de l'environnement naturel, architectural et du citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Date

Le 20 mai 2017

Lieu

Rendez-vous I chemin des Bouts Cornus à Villabé (91 100) entre 10h00 et 17h00. Accès I RER D en gare de Villabé ou par l'Autoroute du Soleil A6 sortie 9. GPS I 48°35'29.8"N 2°27'19.1"E MAP I https://goo.gl/maps/9pumPt4DG3S2

Réservation

Contact : lecirqueacoeur@gmail.com

Information

A 12H30, Pot de l’amitié offert par les associations puis Pique-Nique Participatif ouvert à tous ou possibilité de se restaurer sur place « au bon goût » à partir de 5€. Des promenades à dos de poneys pour les enfants jusqu'à 12 ans à partir de 11h30 jusqu'à 17h, des jeux en bois, des poulaillers, Des balades guidées pour tout public avec les Espaces Naturels Sensibles et la « pointeuse botanique » du CAUE 91 à 14h et à 16h, Des ateliers « zone humide » et les petites bêtes avec NaturEssonne, Des initiations au monde des abeilles avec le conseil municipal des jeunes de Lisses, un apiculteur et sa ruche en verre, L’atelier compostage avec Grand Paris Sud, sa remise de composteurs pour les habitants, son animation sur le sol, « bar à eau », Des ateliers sur le tri avec le SIREDOM, Des ateliers sur le recyclage avec La Fabrique à neuf, Des ateliers surprises In et Out avec Les Colibris, Les animations AMAP (Association pour le maintien de l'Agriculture paysanne) et de Terre de Liens, Une démonstration de Chindaï à 15h30... Le collectif des associations du Cirque, vous invite aussi à partager leurs projets valorisant l’écocitoyenneté et le développement durable en échangeant et en débattant en particulier sur le projet "Agriculture biologique et Agroforesterie dans le cirque de l'Essonne pour le protéger".


LA BIODIVERSITÉ…  UN AUTRE REGARD SUR LE TERRITOIRE  ET LE PAYSAGE  I  Samedi 20 mai 2017, de 10h00 à 17h00  

Le collectif le Cirque de l’Essonne à Cœur s’engage pour que le Cirque de l’Essonne soit reconnu comme un paysage essonnien unique, protégé de l’urbanisation et des infrastructures routières mais aussi des dépôts sauvages qui compromettent sa biodiversité.   

Cet espace contribue au bien-être et au cadre de vie des 330.000 habitants de Grand Paris Sud. Il doit redevenir un lieu de production agricole dans le respect de la nature et des pratiques passées comme la culture des fruitiers sur le coteau et la grande culture céréalière.    

Aujourd’hui, ce paysage peut promouvoir le maraîchage biologique, l’agroforesterie et favoriser les circuits courts, sans oublier la création de cheminements pédestres, ou bien encore, permettre la réhabilitation du rôle hydraulique majeur auquel participe ce site.  

Le collectif participe au COPIL et porte son projet "une agriculture biologique et d'agroforesterie pour le maintien de la biodiversité dans le Cirque de l’Essonne".

L’agriculture biologique est un vecteur déterminant pour préserver la biodiversité du Cirque de l’Essonne. Dans le contexte actuel de développement de l’agriculture durable, la multifonctionnalité répond à la fois à la nécessité de maintenir la biodiversité en ville tout en accompagnant les nouveaux enjeux des politiques agricoles en milieu périurbain.

A ce titre, le Cirque de l’Essonne doit être valorisé comme un modèle de possibilités offertes en matière d’action publique. Pour autant, les initiatives et les micro-projets publics, privés ou collectifs doivent pouvoir s’articuler autour d’une transformation des modèles de production de l’agriculture conventionnelle en y intégrant d’autres formes complémentaires comme, par exemple, le développement du maraîchage biologique et l’agroforesterie. Ces nouveaux modèles ouvrent une dynamique économique et sociale plus large puisque l’économie sociale et solidaire (ESS) peut s’appuyer à l’échelle locale sur les grands enjeux de territoire définis par le Grand Paris Sud.

Le Cirque de l’Essonne est aussi notre patrimoine naturel commun avec une forte qualité paysagère agricole. C’est pourquoi, à terme, les grandes parcelles cultivées du Cirque doivent être reliées à l’agriculture biologique de proximité. Donnant suite à la dernière réunion du 07 décembre 2016, et après examen du plan programme 2017/20211 sur le Cirque de l’Essonne, nous vous proposons une approche complémentaire favorable au maintien de la biodiversité. Cette biodiversité est présentée dans le Plan Programme de la politique ENS du Département et vient d’être complétée par NaturEssonne grâce à des recensements actualisés sur les espèces présentes dans le Cirque de l’Essonne en 2016.

En savoir plus sur le projet, télécharger la plaquette de présentation

CEAC%2BContact.jpg
Affiche%2B2017.jpg

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis