ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

689 Billets

1 Éditions

Événement 6 mars 2022

Et si on disait aussi « matrimoine » en parlant de « patrimoine »...

Comme un clin d’œil pour le 8 mars, c’est une question qui va bien au-delà du « jour officiel »... « L’héritage de nos mères, où est-il passé ? N’y-a-t-il que de grands hommes dans la grande histoire ? » C’est le sens de l’exposition organisée à Cachan (Val de Marne) et de la conférence de Malka Marcovich, autrice du livre « Parisiennes, ces femmes qui ont inspiré les rues de Paris ».

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Date

Du 7 mars 2022 au 9 avril 2022

Lieu

Galerie du Théâtre Jacques Carat près de la Mairie) * 21, avenue Louis Georgeon * 94230 Cachan (RER B * station Arcueil-Cachan)

Réservation

Pour la conférence du 12 mars à 15 heures, réservation conseillée à culture@ville-cachan.fr (ou au 01 49 69 17 90) Site internet de Malka Marcovich: https://palmyre.co/malka-marcovich/ Site internet des ateliers du Val-de-Bièvre: https://lesateliersduvaldebievre.fr/

Information

Exposition ouverte du 1er mars au 9 avril 2022. Vernissage le 9 mars !


C’est un partenariat entre le magazine CLARA et le dynamique groupe de Femmes Solidaires d’Arcueil, Cachan et Gentilly (Val de Marne).

Et leur note d’intention est très clair et engagé :

"Pourquoi les connaît-on si mal? Sans aucun doute parce que notre matrimoine n’est presque jamais considéré comme une référence historique valable, ce qui rend l’action des femmes totalement invisible aux yeux du public.

Tous les enfants de France apprennent dès leur plus jeune âge que ce sont les hommes avec un grand H qui font l’histoire (avec un grand H elle aussi) et qui en sont les acteurs principaux. En français, depuis le XVIIe siècle une règle de grammaire nous rappelle que le masculin l’importe toujours sur le féminin pour l’accord du participe passé, quand bien même un seul homme ferait partie d’une foule de femmes. Les processus d’invisibilisation sont très complexes. La pression familiale écrase les désirs et les ambitions des femmes les plus aventureuses, intelligentes et libres. Camille Claudel est ainsi relayée au rang de folle hystérique, brisant en mille éclats son magnifique talent artistique.

La société, l’État, l’Église, toutes les institutions et les organes de pouvoirs ont exclu les femmes au cours des siècles de nombreux corps de métiers, empêchant ainsi leurs talents de s’exprimer. Les femmes elles-mêmes sont souvent peu promptes à faire parler d’elles, l’ambition étant un trait de caractère considéré comme plus masculin. Elles sont par ailleurs souvent sujettes au syndrome de l’imposteur, face à une société peu encline à leur mise en avant."

matrimoine.PNG

L’exposition «Notre Matrimoine» présente 30 portraits de femmes dont le destin a marqué l’Histoire.

Et le samedi, 12 mars, à 15 heures, sur le thème de «La place des femmes dans la dénomination des rues et équipements» rencontre avec Malka Marcovich, autrice du livre «Parisiennes, ces femmes qui ont inspiré les rues de Paris», une recherche minutieuse et documentée sur les 300 femmes honorées à Paris au fil des siècles.

Elle apportera sa réflexion sur la faible présence des femmes dans les noms de rues (à Paris comme ailleurs) et plus largement sur leur quasi invisibilisation dans l’espace public.

Qu’en est-il à Cachan? Au cours de ce débat, l’association Femmes solidaires présentera l’étude qu’elle a menée sur la dénomination des rues cachanaises: l’état des lieux et des propositions pour une réelle visibilité des femmes dans l’espace public. En effet, savez-vous qui se cache derrière ces noms de rues de Cachan? Le dictionnaire des rues de Cachan, réalisé par les ateliers du Val-de-Bièvre éclaircira votre lanterne.

Et la proposition est ouverte, faisons le relevé des noms de femmes dans les rues de nos villes... et les filles et les garçons à l’école apprendraient peut-être une autre façon de se regarder ensemble !

* CLARA – MAGAZINE* https://clara-magazine.frUn journal bimestriel de l'actualité féminine et féministe au 12 rue d’Aligre * 75012 Paris

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA