«Kimbidalé-entière» les femmes Afars en Éthiopie

Le Comité des Femmes Solidaires du Val de Marne, soutient depuis 10 ans les femmes Afars en Éthiopie dans leur lutte contre l’excision. En lien avec les associations de femmes, en 2013, plus de 850 fillettes ont échappé à l'excision. Cette action de Femmes Solidaires s'engage dans la prévention et la lutte contre l’excision et l’infibulation, mais aussi dans l’accès à l’école.

Résultat de recherche d'images pour "Kimbidalé images"    “L’ignorance, c’est l’obscurantisme, la connaissance, c’est la lumière, les cours d’alphabétisation et l’école pour les filles, c’est la vie”, Kadho, militante Gamissa.

En résumé il s'agit en effet de contribuer à combattre l'ignorance, l'obscurantisme, à s'opposer à la mutilation du corps des petites filles, à soutenir l'effort d'éducation et d'instruction des femmes Afars d’Éthiopie.

Ce combat de ces femmes de 2008 à 2014, est retracé dans le documentaire Kimbidalé, qui signifie “entière” en langue Afar, réalisé par Emmanuelle Labeau en 2015. Il retrace le parcours de ces femmes incroyables et résistantes, leur volonté de changer les traditions, leur courage pour protéger les générations futures et d’arriver à leur autonomie financière avec la mise en place des cours d’alphabétisation, de couture, de fabrication de bijoux...

Cette action va au-delà de la prévention et de la lutte contre l’excision. Si le premier objectif est toujours de préserver l’intégrité physique des petites filles, l’accès à l’éducation est aussi une question primordiale pour les sauver de mariages préférentiels dès l’âge de 12 ans. Elles quittent l'école en fin de primaire sans pouvoir aller au collège et au lycée. Un internat a ouvert ses portes en 2016 et accueille aujourd'hui plus de 40 jeunes filles. Elles fuient ces mariages préférentiels et souhaitent poursuivre leurs études et avoir un métier.

kimbidale

Affiche du documentaire Kimbidalé, “entière”. C'est l’association éthiopienne Gamissa, avec le soutien de Femmes Solidaires, qui a engagé ce combat. On doit ce projet à la rencontre, à Bagnolet où la jeune journaliste Emmanuelle Labeau, a grandi, avec Aicha Dabalé, activiste originaire de Djibouti, vivant en France depuis de nombreuses années. Elle-même avait été touchée par l’action de deux Éthiopiennes Afar, Madina Aidahis et Halima Issé, qui mènent depuis deux décennies une courageuse lutte contre les pratiques de l'excision (ablation du clitoris) et de l’infibulation (fermeture des petites et/ou grandes lèvres) dans la région de Gawani.

Pour soutenir cette initiative, on peut souscrire à:   https://fr.ulule.com/kimbidale/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.