ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

673 Billets

1 Éditions

Événement 19 avr. 2019

Refuser la Guerre Coloniale! une histoire portugaise...

Début des années 60 le Portugal se mesurait sur quatre fronts: trois en Afrique, la guerre coloniale dans ses territoires colonisés qui luttaient pour leur indépendance: Guinée-Bissau, Angola et Mozambique. Le quatrième était celui de l'émigration vers la France. Une exposition à Paris, rend compte de l’exil parisien des 200.000 portugais déserteurs et insoumis à cette guerre.

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Date

Du 19 avril 2019 au 5 mai 2019

Lieu

Maison du Portugal - Résidence André de Gouveia * Cité Internationale Universitaire de Paris 7 Boulevard Jourdan, 75014 Paris accès RER B et TRAM 3a arrêt Cité Universitaire ou Stade de Charlety..

Réservation

Organisée par l'Association memoria-viva.fr * https://www.memoria-viva.fr/ Entrée Libre

Information

Horaires : Du lundi au vendredi de 10h à 18h * Le Samedi de 13h à 19h * Le Dimanche de 14h à 19h


memoireVive_02-page-003-566x381.jpg

La Péninsule Ibérique était alors sous les dictatures, celle de Franco en Espagne et celle de Salazar au Portugal. Président du Conseil en 1933 (ministre des finances à partir de 1928) Salazar impose l’État Nouveau "dans un fascisme ultra-catholique à la Pétain".

Un premier bouleversement dans l'empire colonial portugais a lieu en Inde avec les "comptoirs" portugais de Goa, Damão et Diu qui seront finalement annexés par l'Inde en 1961. Cette même année un soulèvement en Angola (attaque de la prison de Luanda le 4 février 1961) et ce sera le début de la guerre d'indépendance des colonies portugaises.

Pour maintenir la présence portugaise en Afrique, Salazar et ensuite Caetano (avec la bénédiction de l’Église, au sens propre...) vont déployer la jeunesse portugaise dans une armée confrontée aux «guérillas soutenues par les populations locales, massacres perpétrés contre les civils par l’armée régulière et les commandos, utilisation récurrente de napalm et de mines antipersonnel. Selon l’historienne Irène Pimentel, ce conflit aurait provoqué la mort de près de 9000 soldats, 5000 civils portugais et plus de 100 000 civils africains. De plus, au moins 20 000 soldats reviendront handicapés ou mutilés au Portugal (les mines ont fait des ravages) et plus de 140 000 resteront traumatisés à vie». Extrait de l'argumentaire présenté par Hugo Dos Santos, commissaire de l'exposition (à lire dans le premier commentaire).

L'opposition et la résistance à la guerre s’organisera tout le long des quatorze ans, jusqu'à la «révolution des œillets». Pendant cette période (1961/75) plus de 8000 déserteurs, plus de 200 000 réfractaires et insoumis. 900 000 portugais émigrent en France.

Refuser la guerre coloniale, est donc une exposition qui rend compte de l’exil parisien des 200.000 portugais ayant fuit cette guerre coloniale menée en Afrique par le Portugal. Par la même, elle redonne à l'histoire des insoumis, réfractaires et déserteurs portugais ayant immigrés en France une place dans la mémoire collective.

L’exposition est composée de d’objets, d'extraits de films, d'entretiens, de photographies, d’archives sonores, de caricatures, d’affiches, de vinyles et d’archives papiers. La scénographie témoigne de l’expérience de la fuite, de la vie d’exil à Paris et de l’engagement politique contre la guerre coloniale.

C'est aussi une opportunité de transmission aux nombreux jeunes de deuxième et troisième génération, issus de cette histoire d’exil et d'immigration.

C'est l'objectif de l'Association:  https://www.memoria-viva.fr/* [Mémoire vive] qui commémore de cette façon les 45 ans de la révolution des œillets.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française