Enfermement des étrangers à Marseille
Personnes ordinaires et indignées, nous souhaitons témoigner des conditions faites aux migrant.e.s qui sont enfermé.e.s à Marseille et ailleurs...
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Portfolio 3 janv. 2017

Assister des migrants en danger de mort est-il condamnable?

Le 23 novembre 2016, Pierre-Alain Mannoni était convoqué au tribunal de Nice, tout comme Cédric Herrou. L’Etat français leur reprochait d’avoir secouru des migrant.e.s en situation irrégulière. Compte-rendu dessiné de l’audience, devant le tribunal... Par Ben et Mo de l’Observatoire de l’enfermement des étrangers de la Cimade-Marseille.

Enfermement des étrangers à Marseille
Personnes ordinaires et indignées, nous souhaitons témoigner des conditions faites aux migrant.e.s qui sont enfermé.e.s à Marseille et ailleurs...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. ON EST TOUS DES PASSEURS !

    Nous, nous arrivons vers 13 h. La place du palais de justice est bondée, et nous saluons quelques connaissances. On se fait sa place dans cette foule compacte qui mêle des gens du coin, des journalistes caméra à la main, et d’autres comme nous venus de plus loin. Quand on essaie de rentrer dans le palais de justice, des policiers  nous barrent l’entrée : « la salle est déjà pleine ».

    Une salle de 40 places, contre des centaines de personnes déterminées à soutenir les deux inculpés.

    13h30 : Cédric Herrou et Pierre-Alain Mannoni traversent la foule, applaudis et acclamés. Ces deux citoyens sont devenus malgré eux un symbole de solidarité par le geste qu’ils ont accompli. Un geste humain et banal, presque évident. Un geste aujourd’hui criminalisé, mais qui en d’autres temps aurait juste été considéré comme relevant de l’entraide et des lois de l’hospitalité...

    Mis à part les journalistes qui présentent leur carte de presse aux policiers postés à l’entrée, tout le monde est refoulé, « il faut dégager l’escalier par mesure de sécurité ». Des renforts policiers arrivent pour faire reculer les gens. Le commandant qui les dirige annonce : « Ne vous inquiétez pas, Pierre-Alain n’est pas près de passer. » Il donne le ton de la journée : les premières rumeurs disent qu’il faudra attendre 17h pour le début de son procès.

  2. DEHORS, LE LIEN SE CRÉE DANS L’ESPACE PUBLIC

    Pour une majorité de personnes, c’est une stratégie évidente pour démobiliser les soutiens.

    Si c’est le cas, on peut dire que c’est raté. Toute l’après-midi, les groupes se mélangeront, les personnes parleront, partageront leur indignation, échangeront des informations, construiront des liens.

    Le matin-même, la radio nous annonçait qu’un jeune migrant était mort noyé et qu’un autre était porté disparu.

    Alors qu’ils dormaient sous le pont de la «Via Europa» à Vintimille, ils ont été emportés par les eaux de la Roya en crue.

    Lorsque Cédric sort, on apprend que son procès est reporté au 4 janvier.

  3. ET POUR TOI, C'EST QUOI LA RÉPUBLIQUE ?

    Devant l’emblème de la République Française, les taquineries vont bon train entre les policiers-gardiens et tous ceux qui négocient et insistent pour pouvoir rentrer. «Attendez, mais il me semble pourtant que c’est un procès public, non?» «En fait c’est un procès politique qui se fait sans le peuple! », «Hé mais moi aussi je suis journaliste, M’sieur l’agent !» ... 

    « On ne bougera pas même si il faut rester toute la nuit.

    - Nous non plus on ne bouge pas.

    - Mais vous vous êtes payés c’est votre boulot.

    - Et alors, vous aussi vous êtes payés non ? ça rémunère les convictions !

    - Justement, à propos de convictions, comment vous pouvez défendre un système pareil ? »

  4. LE CRAQUAGE

    18 heures. Le procès de Pierre-Alain n’a pas encore commencé. On nous parle de 20 h maintenant. On est toujours massé devant les portes et chacun s’occupe comme il peut. En quelques heures, on s’est approprié la place ; elle nous est maintenant familière.

    Un petit brin de folie se diffuse. Quelques personnages hauts en couleur mettent l’ambiance.

    On chante « l’Auvergnat» de Brassens, des chants révolutionnaires italiens.

  5. FAUX DÉNOUEMENT

    Vers 21h30, un SMS filtre à l’extérieur. Un certain émoi se propage.

    Alors que l’avocate a demandé la relaxe, le procureur a requis 6 mois d’emprisonnement avec sursis.

    La décision de la juge ne sera rendue qu’en janvier. 

    Si cette peine est retenue, doit-on comprendre qu’en France, assister des personnes en danger peut mener en prison ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com