Enfermement des étrangers à Marseille

Personnes ordinaires et indignées, nous souhaitons témoigner des conditions faites aux migrant.e.s qui sont enfermé.e.s à Marseille et ailleurs...

13001

Sa biographie
Tous les jours de l'année, des audiences se déroulent à l'abri des regards à deux pas du Centre de rétention administrative du Canet à Marseille. Tous les jours, une parodie de justice s'y déroule. Tous les jours, des décisions sont prises pour enfermer des individus qui n'ont commis aucun crime. Témoignons-en, ces audiences sont publiques !
Voir tous
  • Nouvelles de la Frontière Marseille

    Techniques de contrôle de la Police Aux Frontières en gare de Marseille : en civil, dans la foule, ils singularisent et interpellent certains voyageurs à la descente du train. Le contrôle au faciès «n'existant pas», ils inscrivent dans leur PV que les interpellés ont spontanément déclaré leur nationalité étrangère : cela vaudra pour la police, l'administration, la Justice, la «France» en somme ...
  • Alerte: expulsion au Soudan le 22 mars 2017

    Depuis le 13 février 2017, Ahmad Mohammad Ali Ahmad, réfugié de nationalité soudanaise est détenu au Centre de rétention administrative (CRA) de Marseille. Sa détention a été prolongée pour permettre une nouvelle tentative d'expulsion dans un prochain avion prévu dans la semaine du 20 Mars. Issu d'une minorité persécutée par l'Etat de Khartoum, Ahmad Ali risque la mort si il est remis entre les mains des autorités de cet Etat.
  • Témoignages du Centre d'accueil et d'orientation pour mineurs de Biscarrosse

    Une personne amie de l'observatoire nous relaie ce témoignage depuis un CAOMIE proche de Bordeaux. Comprenez : Centre d'accueil et d'orientation pour mineurs isolés étrangers. En France, les mineur.e.s aussi sont enfermé.e.s, et leur situation est de plus en plus préoccupante alors que le Royaume-Uni ne les accepte plus, bafouant les droits de ces enfants à rejoindre leurs familles.
  • «Bonjour, 20 jours»

    Ou les rouages de l'enfermement au Centre de Rétention Adminstrative de Marseille. Ce samedi 20 août 2016 à 10h15, nous avons voulu observer une audience au tribunal JLD de Marseille. À peine une heure et demie plus tard, nous ressortions de la salle d’audience, passablement déprimés. Entre-temps, 6 personnes avaient été jugées, dont 2 personnes absentes. Il fallait qu’on en discute et qu’on compare nos impressions, puis qu’on témoigne.
  • De Calais aux centres de répit

    Depuis octobre, le gouvernement a tout fait pour « désengorger la jungle » de Calais en répartissant les réfugiés sur le territoire français. Le but officiel poursuivi est de limiter à 2 000 le nombre de réfugiés sur place, sachant qu’ils étaient encore 8 000 avant le démantèlement. Des "centres de répit" en sont nés...