Festival Ciné-Palestine
Association du Festival du film Palestinien à Paris
Abonné·e de Mediapart

66 Billets

0 Édition

Portfolio 6 mai 2018

La Palestine à Cannes

Du 9 au 18 mai, la Palestine aura pour la première fois une représentation officielle au Marché du Film du Festival de Cannes, une initiative portée par le Palestine Film Institute.

Festival Ciné-Palestine
Association du Festival du film Palestinien à Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. Mothanna Hussein

    Depuis Noces en Galilée réalisé par Michel Khleifi en 1987 jusqu'à A Drowning Man de Mahdi Fleifel en 2017, un grand nombre de films palestiniens ont été présentés au Festival de Cannes, en Compétition Officielle, à La Quinzaine des réalisateurs ou encore à La Semaine de la Critique. La qualité du cinéma palestinien n'est certainement plus à démontrer, et ses réalisateurs ont été récompensés à de nombreuses reprises à Cannes. En 2002, Divine Intervention de Elia Suleiman a reçu Prix du Jury, et Hany Abu Assad remporte quant à lui le Prix du jury Un Certain Regard pour Omar, en 2013.

    Mais 2018 est une année différente pour le cinéma palestinien. Il y aura pour la première fois une délégation officielle au Festival de Cannes : un Pavillon Palestine au sein du Marché du Film, du 9 au 18 mai 2018. 

    L'initiative, portée par le Palestine Film Institute (PFI) et soutenue par le Ministère de la culture palestinienne permettra à 10 projets, 5 fictions et 5 documentaires, d'être présentés au Producers Network.

    Le PFI est une structure qui entend soutenir la production de film de Palestine et sur la Palestine. Le PFI est profondément attaché à une tradition de cinéma engagé, indépendant et qui conçoit la pratique cinématographique comme un outil de changement social.

    Le programme du Pavillon Palestine s'annonce riche et prometteur : 12 au 15 mai, le Pavillon s'animera au rythme des rencontres et des discussions qui réuniront les professionnels de l'industrie du cinéma autours des enjeux de la production et de la distribution du cinéma palestinien. 

    C'est dans ce cadre que 10 festivals de cinéma palestinien se joignent à cette célébration du cinéma palestinien et de la Palestine. Le Cannes 2018 Palestine Film Festival Cocktail, un évènement de networking aura lieu le 13 mai de 17h30 à 19h30. Cet évènement est co-organisé par : 
     Al Ard [doc] Film Festival (Cagliary), Boston Palestine Film Festival (Boston), Bristol Palestine Film Festival (Bristol), DC Palestinian Film and Arts Festival (Washington DC), Doha Palestine Cinema Festival (Doha), Festival Ciné-Palestine (Paris), Haifa Independent Film Festival (Haifa), Nazra Palestine Short Film Festival (Venise), Palestine With Love Brussels (Bruxelles) and Toronto Palestine Film Festival (Toronto).

    Si l'ensemble de ces festivals, dont le Festival Ciné-Palestine Paris, sont dédiés à la promotion du cinéma palestinien à travers le monde, cette initiative répond à leur volonté de soutenir activement les efforts du PFI dans le développement et le renforcement de l'industrie du cinéma palestinien. 







     




  2. Mothanna Hussein

    Le 13 mai à Cannes, venez célébrer le cinéma Palestinien : Le Cannes 2018 Palestine Film Festival Cocktail, un évènement de networking aura lieu de 17h30 à 19h30.

    Pavillon 222 - Palestine Pavilion. 

    Cet évènement est co-organisé par :  Al Ard [doc] Film Festival (Cagliary), Boston Palestine Film Festival (Boston), Bristol Palestine Film Festival (Bristol), DC Palestinian Film and Arts Festival (Washington DC), Doha Palestine Cinema Festival (Doha), Festival Ciné-Palestine (Paris), Haifa Independent Film Festival (Haifa), Nazra Palestine Short Film Festival (Venise), Palestine With Love Brussels (Bruxelles) and Toronto Palestine Film Festival (Toronto).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss