"Lilith et Agnès" ou l'école des femmes (de Momo).

Le 8 avril, la prestigieuse salle Ninon Vallin de Montalieu-Vercieu (ne pas confondre avec la salle Vallin Ninon à Vercieu-Montalieu), accueillera un spectacle rare, magnifique, édifiant. Ce chef d’œuvre comportera, selon toute probabilité, un texte, une mise en scène et peut-être des acteurs en chair et en os. Une recherche google nous fait suspecter un spectacle de théâtre.
  • Date Le 8 avril 2017
  • Lieu Salle Ninon Vallin,38390 Montalieu-Vercieu. Attention: ne surtout pas suivre les indications de la salle Vallin Ninon de Vercieu-Montalieu, qui n'est pas du tout la destination voulue. Risque de rater le spectacle sans remboursement du billet.
  • Réservation, inscription Office de Tourisme: 04 74 88 48 56. (5 place de la Mairie 38390 Montalieu-Vercieu et pas du tout Vercieu-Montalieu) Informations touristiques, boutique, billetterie spectacles, communication. Ouvert toute l’année. Fermeture annuelle Vacances de Noël. Du mardi au jeudi: 8h30-12h & 13h-17h30. Le vendredi : 8h30-12h & 13h-17h. Le samedi : 8h30-12h.
  • Information Le 8 avril 2017 à 20h30 pétantes, débutera le spectacle nommé "Lilith et Agnès". Il s'agit d'une création de la compagnie Mirequelque-chose, resucée d'un texte pédagogique du grand Momo. La conférence aura lieu Salle Ninon Vallin, Montalieu-Vercieu (38). Attention de pas confondre comme beaucoup de gens avec la salle Vallin Ninon à Vercieu-Montalieu (83): celle-ci ne se situe pas du tout au même endroit et une fois qu'on découvre l'erreur, il est trop tard, les deux salles sont éloignées du fait qu'il ne s'agit ni du même village ni du même département.

 

Lilith et Agnès © Cie miressance Lilith et Agnès © Cie miressance

Attention, cet événement a eu lieu comme prévu! Ce qui suit quelque lignes plus bas est possiblement périmé!

Un commentaire puissant, une analyse fine se sont glissés dans la partie "commentaires" pour debriefer et a même été réporter en bas de cette annonce que vous lisez trop tardivement, vous pouvez vous y reporter dès maintenant, c'est autorisé.

 

 

Programme culturel du 8 Avril, notre choix:

 Nous sommes soucieux de ne pas déplaire à notre commanditaire avec qui nous avons, autant le dire franchement, un gros conflit d'intérêt et donc des craintes de rétorsion de sa part (il est très méchant). Mais notre honneur et fierté ne nous autorise pas à produire une critique didactique ou technique ou artistico-psychanalytique, basée sur l'ignorance, ce qu'on nous reprocherait, ce qui ruinerait notre réputation. C'est pourquoi, nous qui n'avons pas encore vu ce spectacle et qui, si nous aimons bien Momo, ne savons plus trop ce que disait son cours de première année, avons décidé de publier cette affiche ci-dessus qui explique à peu près tout: et en particulier le lieu du spectacle (espace Ninon Vallin qui se situe à Montalieu-Vercieux).

En conséquence, on ne peut nous reprocher de n'avoir rien dit, rien fait, pour soutenir quelque chose et des personnes qui portent cette chose. On ne peut nous reprocher de n'avoir pas convaincu une foule de lecteurs qui vont se presser ici, dès qu'ils vont réaliser que nous avons réussi après un silence pénible et difficile à interpréter, réussi, oui, à publier une information vérifiable. Vérifiable quasi nationalement mais surtout au niveau local, au niveau de l'Association des Amis de la Salle Ninon Vallin (AASNV). Et que confirmerons nombre d'habitants de Montalieu-Vercieux. Et aussi sans doute les travailleurs des centrales EDF de la région. Peut-être les chasseurs du cru, si on arrive à les questionner à jeûn. 

D'autre part, nous avons des raisons nombreuses de faire de la publicité pour cette intervention qui relève probablement de l'art. Malheureusement, le temps qui nous est imparti ne permet pas d'exposer en long et en large ces raisons majeures de soutenir ce spectacle et il ne s'agit pas de ce qui a été déjà dit plus haut, puisqu'il ne s'agit pas seulement d'une obligation qui nous est faite mais au contraire (et je le dis droit dans les yeux) d'un choix. Certes, un choix quasi-imposé, mais pas seulement du fait de la terreur qu'on exerce sur nous, non. Car, et une fois de plus, nous ferons preuve d'une honnêteté quasi-suicidaire en révélant les contradictions, les débats internes qui ont abouti à ce choix cornélien. Un choix qui nous amène aujourd'hui, sur cette page qui permet cette entrevue sincère, authentique, personnalisée, ce contact quasi-charnel avec chacun de nos lecteurs. Et qui nous amène ici, non pour ne rien dire comme on le voit si souvent ailleurs, mais pour convaincre avec des vrais arguments, qu'il ne s'agit pas de développer (pas le temps), mais d'évoquer simplement, simple suggestion qu'on sait bien plus efficace par son mystère, par l'excitation qu'elle suscite chez le futur spectacteur.

Futur spectateur qui va aller vite fait prendre sa place. Avant qu'il ait oublié ou qu'il n'y en ait plus (de place).

J'ajoute encore un mot, mais vite parce que le temps est trop précieux pour qu'on s'y attarde.Il faut y aller aussi parce que cet événement n'est peut-être pas prêt de se répéter puisque, s'il passe à la salle Ninon Vallin, il n'est pas programmé à la salle Vallin Ninon (Vercieu-Montalieu). Ce qui signifie que rien ne dit qu'on pourra le revoir bientôt. Alors, que dira-t-on, plus tard à ses enfants, petits-enfants, arrière-petits enfants? Comment pourra-t-on justifier une absence le 8 avril à Montalieu-Sourcieu? Comment pourrait-on rater cette future occasion de dire les yeux flambant de désir, la larme coulant de la cornée conjonctiveuse, le nez enrhumé par l'air humide et fermenté de la province préjurassienne, de dire: "J'y étais. Oui, j'y étais!"

Au plaisir de vous voir nombreux!

 

 NDLR:

1- Tous les abonnés de MDP ne pourront malheureusement trouver une place.

2- Il est conseillé, une fois qu'on aura noté correctement le nom de la salle de spectacle, de réserver suffisamment tôt: on sait à quel point les habitants incultes de ces villages sont soucieux de bloquer le plus de places possibles pour éviter l'intrusion de spectacteurs avertis étrangers au village. D'éviter l'envahissement d'une salle dont il sont si fiers (la salle Ninon Vallin) par des innombrables et insupportables fans de comédiens dépourvu de tact, de subtilité et de la moindre éducation.

 

 © Acteur Inconnu infiltré dans la salle Ninon Vallin © Acteur Inconnu infiltré dans la salle Ninon Vallin

Compte-rendu de l'événement (il est désormais trop tard pour s'inscrire, désolé):

 

Comme indiqué désormais dans l'article, l'événement (celui qui est justement indiqué dans cet article précis tout en étant trouble) a eu lieu. Il s'agissait bien de la salle Ninon Vallin à Montalieu-Sourcieu. La moitié de la salle était occupée, indiquant sans doute possible, qu'une moitié des spectateurs s'étaient égarés en direction de la salle Vallin Ninon à Sourcieu-Montalieu.

Mais ceux qui avaient pris la peine de suivre nos indications et avertissements peuvent nous remercier: ce spectacle valait, vraiment la peine.

 

Notre analyse:

1- Comme nous l'avions deviné, subodorré, il s'agissait effectivement d'un spectacle de théâtre, adaptation d'une pièce de Momo. (Molière pour les intimes, la pièce est paraît-il étudiée à l'école, justement parce qu'elle s'appelle "L'école des femmes"): donc bravo à nos critiques ès culturalités délocalisées.

2- L'adapatation ajoute le personnage de Lilith à la pièce originale. Il nous est impossible à comparer avec ce qu'aurait été le texte original puisque, en toute honnêteté, nous ne l'avons point lu (du moins, pas de souvenirs). Il nous manque donc des éléments pour savoir si ce choix était judicieux, puisque modifier la structure d'une pièce de Molière est un défi théâtral et nous réservons notre avis décisif sur ce point à un travail plus approfondi.

3- Le total était réussi et très drôle! (Ben oui, parfois, nous sommes obligés de reconnaître quelques éclaircies dans ce monde obscur): performance étonnante pour une pièce datant d'une douzaine ou du moins quelques siècles (nous ne disposons toujours pas du dossier de presse de l'équipe de communication de la troupe qui semble avoir été frappée par une épidémie de grippe ou bien travailler selon la méthode Pénélope F.) et écrite en vers.

4- La réussite tient au jeu des acteurs que notre équipe entière de critiques saluent chaleureusement et félicite pour la performance, le dynamisme, la justesse du jeu et la capacité à faire vivre ce texte qu'une autre troupe aurait conduit au fond du gouffre. Elle tient à une mise en scène et un décor dynamique et des costumes  qui valent nettement plus que l'investissement et le mécènat défaillant qu'on suppose (et on ne sait pas trop si Wauquiez à donné quelque chose sur son porte-monnaie personnel). A part un costume qu'on peut discuter, mais ce n'est pas exactement l'essentiel du spectacle, il faut saluer cette pièce pour avoir sorti notre équipe de sa dépression chronique, sa léthargie zigomatique et tout le reste.

5- Une mention spéciale à un des personnages de la pièce que nous ne préférons pas nommer directement, pas seulement du fait d'un conflit d'intérêt que nous avons avec lui qui pourrait faire soupçonner une complaisance spéciale qui n'existe absolument pas pourtant ici, mais surtout, parce que nous ne souhaitons pas faire détester la personne qui joue le personnage par ses camarades qui seraient (très à tort) jaloux et le persécuteraient sans relâche.

6- De nombreuses interprétations auront lieu sitôt que le spectacle se produira (mais quand? Une seule soirée, c'est trop triste, après un tel travail, il paraît que la prochaine est en novembre!), mais nous avons bien reconnu la question traitée ici de la domestication de la femme, méthode traditionnelle expérimentée avec succès de François Fillon (simple exemple parmi d'autres).

Conclusion: cette pièce fait du bien, percute au-delà du temps, et a fait rigoler non seulement des autochtones préhistoriques de ces zones stigmatisées qui ne peuvent même pas revendiquer l'appartenance à la périphérie urbaine, mais également de grands professeurs venus spécialement étudier de très haut la dissémination de la culture dans les fossés de la vallée de l'Ain.

Bravo à la compagnie Miressance!

NDLR:

1- nous ferons connaître les prestations suivantes si jamais nous réussissons à obtenir des informations (pas garantie!)

2- Tout pourrait le faire penser, mais nous n 'avons encore rien touché de la part de cette équipe. En cas de difficultés sur le compte habituel, nous disposons de plusieurs possibilités discrètes de paiement, merci!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.