Portfolio

One night in Bangkok

Loin des lumières du tourisme et de l'esclavage sexuel, ces photos prises dans la pénombre d'un quartier discret qui reste encore, mais pour combien de temps, à l'abri de la cupidité destructrice des dirigeants et des investisseurs.
  1. vendeur ambulants de fruits préparés et découpés, mis dans des sachets plastique. Le prix des fruits doublant en quelques années, leur consommation passe au second plan pour toute une frange de la population. 

  2. Un verre entre copains du quartier ou de boulot dans la pénombre d'une fin de semaine. Loin, très loin des bars cosy pour touristes et jeunes bangkokais branchés, les "bobos" existant ici aussi.  

  3. Comme beaucoup d'autres, ce marché déserté dès le milieu de l'après-midi revivra le lendemain matin, vers 6 heures. 

  4. Une obligation : se perdre dans l'entrelacs de ruelles et d'impasses.

  5. On vit, on mange, on dort, on travaille souvent dans le même (petit) espace, coût de l'immobilier oblige.

  6. Moucharabieh bouddhiste ? 

  7. Quelques maisons en bois, le reste d'une époque encore présente il n'y a pas si longtemps. Un témoignage conservé grâce à l'opiniâtreté des habitants de la petite communauté. Les autorités municipales ont sans doute dû percevoir tout l'intérêt touristique qu'il y avait à conserver un parfum de "typique" au milieu des opérations de rénovation immobilières.

  8. Le commerce de pièces détachées d'automobiles hors d'usage, arrivant du Japon pour être ensuite dépecées et revendues à des grossistes qui les expédieront dans le sous continent indien ou en Afrique. La spécialité des artisans du quartier 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.