Portfolio

A vous « les Bleus », à moi « les Jaunes »

A chacun ses désagréments. A Bangkok, ce 28 juillet, l'anniversaire du nouveau roi appelé à régner. A Paris, le retour des bleus. Le charme (très) discret de deux évènements du totalitarismequ'il soit politique ou sportif.
  1. Commençons par la fin. La parade du troi en voiture de luxe. L'étiquette est stricte. Pendant son passage, pas de flashes et personne ne doit se trouver plus haut que lui. C'est pourquoi les supporters, tee shirts jaunes, sont agenouillés et que l'on m'a vertement sermonner pour être resté debout. Même obligation devant une statue de Bouddha. La soumission, toujours.  

  2. En 2015, et pendant une année, le pays s'habilla en noir pour ma mort du roi Rama IX. Pour l'anniversaire de son fils pas encore couronné, c'est le jaune qu'on porte, couleur symbole de la monarchie. Le port d'un tee shirt jaune marque en temps ordinaire l'appartenance à un mouvement politique important, très nationaliste et proche des militaires, les "chemises jaunes". Et s'ils ont fait tomber des gouvernements, l'arrivée du nouveau roi a de quoi nourrir quelques doutes même chez les plus zélés sectataires. En effet, il est présenté généralement comme un fêtard au caractère fantasque voire étrange. Rien à voir avec feu le roi son père qui régna plus longtemps que la reine ElizabethII. Une propagande de tous les instants a aidé à construire la legende d'un roi modeste et attentif (dad). Le bâton qui punit les crimes de lèse-majesté sert également aux gouvernements pour faire taire leurs opposants. Dire qu'en France certains pleurent la monarchie et ses lettres de cachet.

  3. Le char des joueurs de coups de canon. Qui n'en ont d'ailleurs même pas tiré soixante six, l'âge du futur monarque.

  4. Le soir, les supporters et leurs pancartes, bien alignés sur la place Sanam Luang, le lieu traditionnel où se déroulent les cérémonies officielles. Cette place a connu une évolution regrettable. De terrain ouvert et accessible à tous, c'est devenu un lieu clos et vidéo-surveillé ( spécialité nationale ). Finies les séances de cerf-volants, les parties acrobatiques de takraw ou de foot et les vendeurs à la sauvette, on y voit à la place des expositions de voitures.

  5. La marée était en jaune. Et attendait le passage du roi, le futur rama X qui devrait être couronné dans les mois à venir. Ce qui fournit à la dictature militaire un prétexte de premier ordre pour repousser une fois supplementaire des élections legislatives qui étaient programmées normalement cet automne. 

  6. Foot ou monarchie, l'adoration des trophées. 

  7. Dans la fan zone, tout reste calme

  8. Les volontaires replient les nattes sièges des fidèles qui ont attendu des heures sous la pluie pendant que la foule des provinciaux regagne son autocar ou son train. Dans le calme, toujours, sous l'oeil vigilant des caméras, de la police et du service d'ordre local. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.