Portfolio

Transports urbains d’Orléans : une répression ciblée

En 2012, le groupe Kéolis a pris le contrôle des Transports de l’agglomération orléanaise (TAO). Depuis, les Conseils de discipline s’enchaînent. Alors que l’entreprise embauche de jeunes salarié.es, ces Conseils de discipline visent celles et ceux qui ont le plus d’ancienneté... ou qui sont les plus remuant.es. Comme le syndicat SUD TAO, pris pour cible.
  1. Françoise a 17 ans d’ancienneté et est conductrice de bus. Mise à pied sans traitement pendant plus d’un mois, elle est passée en Conseil de discipline le lundi 15 mai dernier. Elle avait refusé d’ouvrir la porte avant de son véhicule à un vérificateur (un « contrôleur »)… ce qui a été considéré comme une « mise en danger » par la direction. Son licenciement a été prononcé et elle va le contester devant les Prud’hommes.

    [Ce portfolio a été réalisé collectivement suite à une réunion de l'équipe d'animation de Solidaires Loiret et des militant.es de SUD TAO.]

  2. Medhi est conducteur de bus. Le jeudi 4 mai dernier, alors qu’il était en accident du travail, il a appris sa mise à pied sans traitement. Son Conseil de discipline s’est tenu le vendredi 19 mai et il a également été licencié. Son employeur conteste la réalité des attestations de son médecin traitant allant jusqu’à envoyer un huissier chez ce dernier. Pour lui comme pour Françoise, l’ensemble des élus du personnel en Conseil de discipline ont refusé le licenciement.

  3. Sébastien, 13 ans d'ancienneté, est représentant syndical SUD TAO et conducteur de bus. Salarié protégé du fait de son mandat syndical et élu du personnel en Conseil de discipline, il est néanmoins convoqué devant cette instance le lundi 22 mai. La direction l’avait appelé pendant ses heures de travail : la réponse automatique envoyée par son téléphone a été considéré comme un SMS de sa part, ce qui lui est reproché. [Cette accusation a été abandonnée par la direction lors du Conseil de discipline de Sébastien qui s’est quand même soldé par 15 jours de mise à pied sans traitement.]

  4. Pascal, lui, est agent commercial de contrôle. Il a 19 ans d’ancienneté et peut théoriquement prendre sa retraite dans un an et demi. Le 24 février, il a secouru un enfant percuté par un tram. Ses vêtements étaient tachés de sang et son manager a refusé qu’il retourne se changer à son domicile. Pascal passera en Conseil de discipline le jeudi 1er juin 2017. [Le Conseil de discipline de Pascal est finalement reporté au 19 juin.]

  5. Rassemblement devant le siège de l’entreprise lors du Conseil de discipline de Medhi. La vague de répression touche aujourd’hui plus du quart des adhérent.es du syndicat. Face à cet acharnement (qui n’est pas un cas isolé, voir le site de l’Observatoire de la répression et de la discrimination syndicales), l’Union syndicale Solidaires Loiret – dont est membre SUD TAO – s’est engagée dans une campagne de solidarité avec les salarié.es. Des actions sont à venir et une pétition de soutien, entre autre, a été mise en ligne.

  6. Le 22 mai, lors du Conseil de discipline de Sébastien, représentant syndical des salarié.es SUD TAO, un rassemblement de soutien a été organisé par Solidaires et la CGT. Près de 80 personnes étaient présentes, dont de nombreux soutiens, particulièrement des autres syndicats SUD. La solidarité continue de s’exprimer et une manifestation est appelée le mercredi 7 juin prochain à Orléans.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.