Théo ROUMIER

Syndicaliste et libertaire

Sa biographie
Militant SUD éducation en lycée professionnel, participe aux cahiers de réflexion de l’Union syndicale Solidaires, « Les Utopiques ».
Son blog
106 abonnés à celles et ceux qui luttent et qui résistent
Voir tous
  • «Les Utopiques» n°10 : sur les chemins de l’émancipation, l’autogestion

    Par
    Le numéro de printemps de la revue de l’Union syndicale Solidaires, « Les Utopiques », nous invite, en plein mouvement social, à arpenter les chemins de l’émancipation. Et c’est autour de l’idée et des pratiques de l’autogestion que nous proposons de le faire. Histoire, expériences, outils... : il y a de quoi inspirer les luttes d’aujourd’hui ! L’éditorial et le sommaire complet dans ce billet.
  • Les cheminots maliens meurent. Ne laissons pas faire!

    Par
    Depuis le 18 décembre, bientôt deux mois, des dizaines de cheminots maliens ont lancé une action de grève de la faim. Pourquoi mettent-ils leur vie en jeu ? Pourquoi plusieurs d’entre eux sont morts ? Parce qu’ils sont privés de salaire par l’État malien depuis presqu’un an ! [appel unitaire]
  • Une éthique ouvrière

    Par
    C’est une courte lettre qui date de plus de 60 ans. Jean Duprat, mon grand-oncle, y informe un « camarade », sans doute un responsable, qu’il quitte la CGT. Nous sommes en 1956. Et c’est le « silence complice » de son organisation face à la répression de l’insurrection hongroise qui motive cette décision.
  • Le 15 janvier : Travail, changer tout !

    Par
    Mardi 15 janvier, l’Union syndicale Solidaires organise dans ses locaux une soirée pour parler de l’évolution du travail dans la société capitaliste contemporaine. Autour du dernier numéro de la revue « Les Utopiques » consacré à ce thème, deux syndicalistes, Gaëlle Differ et Michèle Rault et une sociologue, Lucie Goussard, viendront discuter d’une nécessité : changer tout !
  • Le silence d’un Préfet

    Par
    Le jeudi 13 décembre, à 14h30, est parti de Paris un avion pour Abidjan. À bord, embarqué contre son gré, le jeune Abdoul Touré, ivoirien, âgé de 19 ans. Fatigué, écœuré, il a accepté de monter dans l’avion. « Si la France n'est pas le pays des droits de l’Homme », a-t-il dit, « je préfère rentrer chez moi ». Lettre ouverte du Collectif de soutien aux jeunes isolés étrangers du Loiret.