Théo ROUMIER

Syndicaliste et libertaire

Sa biographie
Militant SUD éducation en lycée professionnel, participe au Forum syndical antiraciste, membre de l'Union communiste libertaire (UCL).
Son blog
128 abonnés à celles et ceux qui luttent et qui résistent
Voir tous
  • Face à l’islamophobie, des actes

    Par
    L’offensive islamophobe que nous traversons est d’une grande violence. Après l’attentat de Bayonne, plus personne ne peut se taire ou se mentir : c’est à l’islamophobie en tant que telle qu’il faut riposter. Sans en discuter les termes ou les conditions. Et en sortant de ce qui est trop souvent le premier réflexe à gauche, celui de n’en parler que comme d’une « diversion ».
  • Avoir un avenir ici, pour tous

    Par
    Devant le Lycée professionnel Jean Lurçat, le 23 septembre © T. R. Devant le Lycée professionnel Jean Lurçat, le 23 septembre © T. R.
    « Assumer son histoire et relever la tête pour pouvoir vivre », cesser d’être « timides ». Lundi 23 septembre dernier, les élèves étrangers du lycée professionnel Jean Lurçat de Fleury-les-Aubrais (Loiret) et leurs soutiens se sont réuni·es en assemblée générale et ont organisé un rassemblement devant leur établissement pour exprimer l'urgence d’avoir un toit, un lycée, des papiers, un avenir ici.
  • «Un toit, une école, des papiers»

    Par
    Manifestation des jeunes étranger·es isolé·es le 21 août, à Orléans © T. R. Manifestation des jeunes étranger·es isolé·es le 21 août, à Orléans © T. R.
    Depuis le 15 mai dernier, une mobilisation exemplaire se construit à Orléans autour de l’action et des revendications des jeunes étranger·es isolé·es dont 150 sont menacé·es d’expulsion de leurs hébergements au 31 août. De rassemblements en manifestations, la détermination des jeunes et de leurs soutiens reste intacte : un toit, une école, des papiers.
  • «Les misérables», Pierre Duprat, 1947

    Par
    Les misérables, Pierre Duprat, 1947 Les misérables, Pierre Duprat, 1947
    Ce n’est pas à proprement parler son titre, « Les misérables ». Mais c’est le nom que lui donnait mon grand-père en famille lorsqu’il parlait de ce tableau peint en 1947, à 25 ans. Quatre personnages, deux hommes, une femme et un enfant. Un paysage froid de banlieue parisienne. On imagine aisément la scène se déroulant un début de soirée d’hiver.
  • Pour celles et ceux qui doivent vivre

    Par
    Dans la nuit de mercredi à jeudi, un jeune mineur isolé est mort dans sa chambre d’hôtel à Orléans. C’est une nouvelle très triste et dure. Les « autorités » évoqueront sans doute une « conduite à risque » pour s’en dédouaner. Mais pour ces mêmes « autorités » les vies des jeunes isolé·es étranger·es ne sont que des dossiers à traiter, des corps à caser à un moment, à expulser plus tard.
Voir tous