Théo ROUMIER

Syndicaliste et libertaire

Sa biographie
Militant syndical SUD éducation, membre du comité éditorial des Cahiers de réflexions de l’Union syndicale Solidaires, « Les Utopiques ».
Son blog
98 abonnés à celles et ceux qui luttent et qui résistent
Voir tous
  • Antillais·es, Guyanais·es, Réunionnais·es en lutte

    Par
    Le numéro d’été de la revue « Les Utopiques », éditée par l’Union syndicale Solidaires, porte sur le lien entre antiracisme et question sociale. Ce billet en reproduit l’une des contributions, consacrée à la mobilisation des travailleuses et travailleurs Antillais·es, Guyanais·es et Réunionnais·es dans les années 1970. Et ce à partir de textes syndicaux retrouvés.
  • Lycées professionnels : s’organiser pour résister

    Par
    Depuis l’annonce de la « réforme » des lycées professionnels par Jean-Michel Blanquer le 28 mai dernier, les inquiétudes grandissent parmi les enseignant.es et personnels. Les organisations syndicales s’en sont fait le relai en écrivant un courrier commun au ministre le 14 juin. Une chose est sûre : le rapport de force se construira dès la rentrée de septembre.
  • «Les Utopiques» n°8 : Antiracisme et question sociale

    Par
    Rosa Parks par Fred Sochard pour « Les Utopiques » n°8 © Fred Sochard Rosa Parks par Fred Sochard pour « Les Utopiques » n°8 © Fred Sochard
    Avec sa livraison d’été, la revue de l’Union syndicale Solidaires, « Les Utopiques », revient sur les nécessaires articulations à trouver entre combats antiracistes, question sociale et luttes syndicales. Analyses, réflexions, mais aussi et surtout retours sur des expériences concrètes permettent ici d’aborder ces enjeux. Dans ce billet, l’éditorial et le sommaire complet.
  • L’attaque faite aux lycées professionnels

    Par
    Le 28 mai dernier, Jean-Michel Blanquer annonçait les grandes lignes de sa « réforme » de l’enseignement professionnel. Derrière la poudre aux yeux des « Harvard du professionnel », c’est un plan social sans précédent qui s’annonce ainsi qu’une dégradation des enseignements. Un bras de fer doit s’engager. Son issue dépendra de la détermination des personnels et de leurs syndicats.
  • Le 26 mai des luttes et des grèves

    Par
    Bien des commentaires réduisent la « Marée populaire » du samedi 26 mai à une sorte de victoire de la « ligne » de la France insoumise et de Jean-Luc Mélenchon sur les syndicats. C’est ne voir les choses que par le prisme de la priorité au « politique ». Le calendrier de la Marée populaire, c’est d’abord celui du mouvement social !