Portfolio

Une marche blanche au souffle de révolution à Marseille

Une foule impressionnante de plusieurs milliers de personnes a participé samedi 10 novembre 2018 à une marche blanche en hommage aux victimes de l’écroulement de deux immeubles vétustes du centre-ville de Marseille.
  1. Une foule impressionnante de plusieurs milliers de personnes a participé samedi 10 novembre 2018 à une marche blanche en hommage aux victimes de l’écroulement de deux immeubles vétustes du centre-ville de Marseille.

  2. Vendredi soir, les corps des cinq hommes et trois femmes découverts sous les décombres de l’immeuble du 65, rue d’Aubagne, ont été identifiés.

  3. Lors du passage du cortège, un balcon s’est partiellement effondré devant le 22, boulevard Garibaldi, faisant 3 blessés légers.

  4. Plusieurs immeubles ont été évacués dans la semaine rue d'Aubagne et alentour par crainte d’un « effet domino ».

  5. Environ 360 habitants ont été relogées par la mairie. « Ils se moquent de nous, ils nous envoient à l'extérieur de Marseille, dans le 15e arrondissement », dit un évacué, rencontré dans la marche blanche samedi.

  6. Imane, 28 ans, a perdu sa mère Oumoune morte dans les décombres du 65, rue d'Aubagne.

  7. Sur le Vieux-Port, Saïda, qui a perdu son cousin Chérif, éclate en sanglots.

  8. Sur le Vieux-Port, les claquements de main, qui parcourent la foule comme une vague, se propagent aux immeubles adjacents.

  9. À l'approche de la mairie, des huées montent de la foule, accompagnés de « Gaudin démission », « Gaudin assassin » et « Gaudin aux Baumettes ». « Ça ne sert à rien, il n'est pas là ! », lâche une femme à côté de moi. Sur la façade, les drapeaux sont en berne. 

  10. Après une minute de silence, un discours collectif des des habitant.e.s, associations et commerçant.e.s de Noailles réuni.e.s le 10 novembre 2018 est lu par un habitant de la rue d'Aubagne et militant de gauche. On peut le retrouver dans intégralité sur la page Facebook du Collectif du 5 novembre, Noailles en colère.

  11. « Il y a aujourd'hui des victimes, des morts à qui nous rendons hommage et, des familles de victimes avant tout à qui nous apportons toute notre solidarité et affection. Il y a aussi des centaines de personnes qui ne sont pas de simples évacués comme le dit la mairie mais des victimes indirectes, traumatisées psychologiquement.»

  12. « Nous, habitants, associations et commerçants du secteur seront extrêmement vigilants dans les jours et semaines à venir pour que ces mesures soient appliquées au plus vite. Nous refusons enfin que ce drame soit l'occasion pour la mairie ou les spéculateurs de "dégager" quiconque du quartier pour installer d'autres populations. »

  13. Une marche de la colère est prévue mercredi 14 novembre à 18 heures rue d'Aubagne afin de « nous assurer que ces mesures soient mises en place et réclament un logement digne pour toutes et tous ».

  14. À l'issue de la marche, des Marseillais se recueillent rue d'Aubagne. Plus haut, des experts perchés sur une grande échelle examinent les immeubles voisins à ceux effondrés. Certains pourraient encore être démolis.

  15. Les noms des 8 personnes mortes dans l'effondrement écrites sur un drap, devant les bougies et leurs photos, rue d'Aubagne, le 10 novembre 2018.

  16. À Noailles, un salon de coiffure le 10 novembre 2018. La vie continue, les cheveux ont toujours besoin d'être coupés.

  17. À la mairie des 1er et 7e arrondissements, la Croix-Rouge accueille tout le week-end les dons.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.