Kamel DAOUDI
Programmeur indépendant
Abonné·e de Mediapart

65 Billets

0 Édition

Événement 27 sept. 2018

#guillotintamare

Le 4 octobre 2018, je suis convoqué au tribunal correctionnel de Saintes pour m'expliquer sur - un retard de 30 minutes au dernier de mes 3 pointages quotidiens à la gendarmerie de Saint-Jean-d'Angély - un retard de 30 minutes au couvre-feu auquel je suis astreint toutes les nuits de 21 h à 7 h du matin.

Kamel DAOUDI
Programmeur indépendant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Date

Du 4 octobre 2018 au 4 octobre 2018

Lieu

Centre ville de Saintes

Réservation

Par message privé sur Twitter, Facebook, Mediapart

Information

suivre le compte Twitter @SentierBattant #Guillotintamare


Pourquoi un "happening" avec une guillotine?

#Guillotintamare © Ibn Sina / Sentier Battant

Le docteur Joseph-Ignace Guillotin, natif de Saintes (28 mai 1738) proposa pour supprimer les souffrances inutiles que les condamnés à mort soient tous exécutés mécaniquement de la même façon quel que soit leur rang. Lui-même est mort naturellement contrairement à la légende selon laquelle il aurait été guillotiné qui provient de la confusion avec l’un de ses homonymes J.M.V. Guillotin, médecin lyonnais.
La guillotine a été utilisée la dernière fois en France le10 septembre 1977, à la Prison des Baumettes à Marseille sur Hamida Djandoubi surnommé « Le tueur maquereau ».
« le 18 septembre 1981, par 363 voix contre 117, l'Assemblée nationale a adopté, après deux jours de débats, le projet de loi portant abolition de la peine de mort présenté, au nom du Gouvernement, par Robert Badinter, garde des Sceaux, ministre de la justice.
Mais il existe encore une guillotine symbolique qui ne décapite plus les têtes mais qui condamne à une mort sociale.
Sans trop forcer le trait, je pense que ce que ma famille et moi-même subissons depuis plus de 10 ans rentre dans le cadre de cette exécution symbolique par un système répressif bien huilé conjuguant hypocrisie, dé-faussement et inertie. C'est ce système que j'entends dénoncer en me rendant visible, moi que l'on tente de cacher sous le tapis des tartuferies mondaines de l'Administration depuis plus d'une décennie.

« Il y a des hommes malheureux. Christophe Colomb ne peut attacher son nom à sa découverte ; Guillotin ne peut détacher le sien de son invention. » — Victor Hugo

Merci pour votre présence et votre soutien.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart