Portfolio

Búho (Poème)

  1. Búho

     

     

    Hibou ton nom est un envol

    vers des lendemains de cartes

    des iguanes maladroits

    des voleurs sans butin

    et des nuits de billard

     

    La chaleur de ton rire

    c’est la jungle aux abois

    c’est l’herbe des collines

    le serpent qui sort de l’eau

    L’aube entière dans un café

    très chaud très chaud

     

    Et ces bus qui ne menaient qu’à

    des extorsions

    et le prix des dollars

    La vieille âme de Bolivar

    dans l’inflation

    Les boutiquiers qui te connaissent

    qui te disent:

     

    « C’est ainsi, la vie est dure, elle sera plus dure demain »

     

    « Allez donc vous promenez près du fleuve »

     

     

    Mais ton accent d’Orient revient

    et c’est une vague de musique,

    c’est un plongeon

    Le jour est fait pour toi

    Hibou tu n’es pas

    Ta nuit

    ton crépuscule

     

    Tu es ton peuple

    Brancardier

    Epicier

    Piroguier

     

    Tu es le premier chemin du matin

    Le football entre amis

     

    Tu siffles et les loutres te répondent

    dressent leurs museaux dans l’Orénoque

    le fleuve aussi est ton peuple

    et son peuple, ton peuple.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.