Portfolio

Les perdus (Poème)

Ils ont des clous plein les yeux                et les poches comme des pirogues                                   de contrebande
  1. Les perdus

     

    Ils ont des clous plein les yeux

                   et les poches

    comme des pirogues

                                      de contrebande

     

    Ils cueillent leur os

                     à chaque ruelle

    et reviennent des guérisons

                     dans la bouche

     

     

    ils se disent les mots

    si tu pars tu ne reviendras pas

                     Dehors

    chantent les morts

                 Si tu ne connais pas la réponse

     

    Tu ne reviendras pas

     

                     Le froid sais-tu

    qu’il cherche quelque chose

     

                  partout

     

    le métal des abribus leur répond

                     par des mots gravés

    qui n’ont de sens que

    qui ont perdu le sens

     

    et les perdus se suivent

     

    Vous étiez où demain?

     

    sans se tenir la main

                   ils se suivent

                   se disent sans se dire

     

    Des mots qu’on garde pour l’abribus

    Je… Fu…

    des mots comme des blessures

    qui diraient l’amour et la haine

     

                              des griffures

     

    Les perdus écrivent comme 

                                          chassent

                                                   les rapaces.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.