Ceméa
Les Ceméa (Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active) sont une association regroupant des militant.e.s sur toute la France métropolitaine et d'Outer-mer et développent des actions en référence à L'Education nouvelle et populaire.
Abonné·e de Mediapart

89 Billets

0 Édition

Portfolio 28 mai 2018

L'Interdisciplinarité et la place des élèves dans les apprentissages

Ce projet collectif de construction d’un mobile géant vit depuis 2014 au collège Armorin dans la Drôme. Emmanuel Marguet, prof de maths, fédère des activités interdisciplinaires mêlant conceptualisation et fabrication. La pédagogie de projet amène à repenser le rôle de l’enseignant et la place des enfants dans le collège et dans les apprentissages.

Ceméa
Les Ceméa (Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active) sont une association regroupant des militant.e.s sur toute la France métropolitaine et d'Outer-mer et développent des actions en référence à L'Education nouvelle et populaire.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. Emmanuel Marguet

     Approuvé, validé et financé par le Conseil Départemental de la Drôme et la Cardie (Cellule Académique Recherche, Développement, Innovation, Expérimentation), le projet « Mobile Suspendu » devrait être une opportunité pour les pouvoirs publics (le département, la région, l’Etat) d’associer ce projet collaboratif, auquel plus de 800 élèves auront participé, à la restructuration prévue de l’établissement et d’affecter une partie du « 1% artistique » (1% du montant des travaux d'un bâtiment public réservé à la création d’une œuvre d'art) à la fabrication d’une œuvre d’art « évolutive » qui soit représentative du travail des élèves passé, présent et futur.

  2. Emmanuel Marguet

    L’impossibilité de faire appel à des partenaires pour fabriquer les solides a conduit les acteurs du projet à être le plus autonome possible : le peu de moyens techniques et financiers dont ils disposent favorise alors l’émergence de solutions souvent les plus pertinentes. Les élèves réalisent que ce sont les contraintes rencontrées qui créent les conditions nécessaires pour que le projet progresse et se concrétise. Ici, la qualité du résultat final exige : une grande précision de découpe et de mise en contact des faces, ainsi qu’une bonne coordination des élèves lors de l’assemblage par collage à chaud, dont la prise est très rapide.

  3. Emmanuel Marguet

    Depuis le 12 janvier 2018, un pavé, une pyramide et un cube, tous d’un volume égal à 1 m3 sont suspendus à une corde qui traverse le hall d’accueil. Ce sont 3 des 7 solides prévus pour exposer les œuvres des élèves en arts graphiques : ici, des constructions réalisées en classe lors d’activités appelées « géométrie pour le plaisir ». A terme, 7 solides devraient évoluer dans l’espace du hall, tous accrochés à l’ossature d’un mobile géant, suspendue au plafond.

  4. Emmanuel Marguet

    Au cours de l’année 2015, trois élèves de 5ème, Lucas, Théo et Axel viennent en atelier entre 13 et 14h, pour assembler 6 faces en carton d’1 m² chacune, qu’ils solidarisent les unes aux autres par collage à chaud de cornières en carton. Le cube ainsi formé, sera suspendu par l’un de ses sommets de façon à en exposer toutes les faces. La conception des solides est guidée par la recherche : de la légèreté, de la simplicité de réalisation et d’un faible coût de réalisation ; sans oublier les exigences de sécurité requises par le caractère exceptionnel de leur suspension au-dessus du public qui fréquente l’établissement.

  5. Emmanuel Marguet

    Tout au long de l’année, à raison d’une heure par semaine, l’activité des élèves consiste à imaginer et réaliser une maquette à l’échelle 1/10e d’une ossature à laquelle les modèles réduits des 7 solides sont suspendus, après avoir : dimensionné et construit leurs patrons en mathématiques, les avoir décorés en arts plastiques ou illustrés en histoire-géographie, puis assemblés en technologie. Ici en juin 2017, les 4 enseignants (maths, technologie, arts plastiques et histoire-géographie) présentent à la classe la maquette choisie par le jury.

  6. Emmanuel Marguet

    Le cube expose 91 œuvres d’élèves de 4 classes, en 6ème en 2015 et 2016. La figure choisie est une reproduction de la « Composition arithmétique » créée en 1930 par le peintre Théo van Doesburg. Elle est déclinée en plusieurs nombres et dimensions pour illustrer les carrés des entiers de 1 à 6. Pour cela, les élèves ont suivi un programme de construction précis utilisant des savoir-faire mathématiques choisis par le prof de maths. Une fois la figure terminée : l’élève efface les traits de construction, repasse ses contours au feutre noir, et la met en couleur pour lui donner une valeur esthétique et personnelle : le plaisir et la satisfaction d’un beau travail sont au rendez-vous !

  7. Emmanuel Marguet

    Le pavé, aux proportions du nombre d’Or, expose 123 œuvres d’élèves de 4 classes, en 6ème en 2015 et 2016. Chaque figure est ici une composition originale et personnelle, un rectangle d’Or à l’intérieur duquel l’élève construit des éléments simples (segments, triangle, carré, cercle, arc de cercle, figure composée et leurs symétriques en utilisant la symétrie centrale.

  8. Emmanuel Marguet

    La pyramide inversée, réplique de la Grande Pyramide de Gizeh, encore en cours de réalisation, exposera à terme 114 œuvres d’élèves de 5ème, réalisées entre 2015 et 2018. Chaque figure est un losange dans lequel l’élève dispose librement des éléments simples : segments, triangle, carré, cercle, arc de cercle, ou complexe puis utilise la symétrie centrale pour en construire les symétriques. Cette année, 2 classes de 5ème compléteront deux des 4 faces latérales.

  9. Emmanuel Marguet

    Ici, Naïma, Alice, Ella, Eléna, Louise, Lucas Théo et Julien, tous élèves de 4ème en 2017, ont participé au pavage de la base inférieure : les 36 pentagones et 5 pentagrammes (étoiles à 5 branches) sont tous des compositions originales et libres utilisant la géométrie, réalisées par des élèves de la 6ème à la 4ème. Le Prisme à base pentagonale expose sur ses faces latérales 5 pavages de 25 hexagones qui créent des illusions en 3D. Chaque face a été associée à un élément différent : terre, eau, feu, air et esprit, chacun représenté par une figure différente et associé à des tonalités de couleurs bien particulières.

  10. Emmanuel Marguet

    Depuis le 09 mars, une boule est venue s’ajouter aux 3 autres solides déjà suspendus. Il s’agit en fait d’une sphère gonflable en PVC soudé, d’1m20 de diamètre, fabriquée par l’artisan parisien JC-Keller, prête à être peinte : une toile en 3D d’une surface de 4,8m² qui sera proposée aux lycéens les plus motivés par ce projet artistique inédit.

  11. Emmanuel Marguet

    Ce projet fut l’occasion de concevoir, réaliser et donner à voir un projet artistique collectif ; se repérer dans les étapes de la réalisation d'une production plastique et en anticiper les difficultés éventuelles ; faire preuve d'autonomie, d'initiative, de responsabilité, d'engagement et d'esprit critique, confronter intention et réalisation ; pour l'adapter et le réorienter, s'assurer de la dimension artistique de celui-ci ; expliciter la pratique individuelle ou collective, écouter et accepter les avis divers et contradictoires.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat