Biennale Internationale de l’éducation Nouvelle 2017

L'ambition de cette Biennale Internationale de l’Éducation nouvelle est de partager les pratiques et débattre entre militant.e.s de l’Éducation nouvelle. Parallèlement à l’organisation des tables rondes, des conférences viendront éclairer la manière de faire vivre des valeurs partagées par les différentes organisations.
  • Date Du 2 novembre 2017 Au 5 novembre 2017
  • Lieu ESÉNESR de Poitiers
  • Information A l’initiative de six mouvements de l'Éducation nouvelle : CEMEA, le GFEN, l’ICEM-Pédagogie Freinet, le CRAP-Cahiers pédagogiques, la FESPI (établissements scolaires publics innovants) et la FI-CEMEA (fédération internationale)

arton9645
Cette première biennale répond à trois intentions :

Partager les fondamentaux de l’Éducation Nouvelle. Cette conception singulière de l’éducation fait partie du patrimoine de plusieurs pays. C’est également celui des organisations à l’origine de cette biennale. Chacune d’entre elles a construit son identité à partir de valeurs partagées. Leurs chemins, leurs projets, leurs choix en matière d’action se sont diversifiés. Elles se réfèrent pourtant au même socle de valeurs. Il nous paraît indispensable de retourner vers notre histoire, de partager ces racines communes et de mesurer ensemble l’incroyable modernité de nos projets.

 → Des conférences et des tables rondes permettront de répondre à ce premier objectif.

Partager nos pratiques. Nous ne sommes pas spectateurs inactifs des évolutions du monde. Nous agissons dans ces environnements, nous y conduisons des actions conçues du point de vue de leur rapport à l’Éducation nouvelle et aux projets qui sont les nôtres pour qu’elles deviennent de véritables leviers de développement. Il nous paraît indispensable d’identifier ces actions, de partager ces pratiques pédagogiques originales inventées par des équipes de militantes et de militants sur les territoires. Ces pratiques sont variées et témoignent d’une certaine inventivité, d’une certaine créativité dont nous avons bien besoin. S’il est nécessaire de les mutualiser, il faut aussi les questionner : contribuent-elles bien à l’atteinte de nos objectifs, et en particulier la démocratisation du savoir, la formation réelle du citoyen ?
Pour nous, pas d’action sans réflexion, mais une réflexion qui s’appuie sur l’action !

 → Un espace « forum des pratiques » permettra à des équipes de présenter des projets, des démarches, des actions.

Débattre ensemble. Il est toujours des sujets d’actualité, des enjeux politiques et éducatifs sur lesquels nous réfléchissons au sein de nos organisations respectives. Nous proposons de mettre dans le débat organisé de cette biennale des réflexions, des propositions, des questions que nous avons rarement l’opportunité de débattre ensemble.

Donc, débattre est absolument indispensable. Trop souvent, des pratiques coexistent sans suffisamment d’échanges entre elles, sans que l’on creuse éventuellement des possibles divergences, ou du moins des approches différentes. Cela implique des dispositifs de discussion afin que l’on puisse à la fois respecter les points de vue autres, mais aussi aller au-delà de consensus superficiels.

 → Des espaces de débats seront organisés. Si certains thèmes peuvent être identifiés en amont de la biennale, notre organisation rendra possible la mise en œuvre de débats dont les thématiques, proposées par les participant.e.s, naîtront des premières rencontres.

Voilà donc les trois axes sur lesquels nous avons décidé de construire cette première biennale. Ils sont constitutifs d’une organisation qui donnera également toute sa place aux rencontres, aux échanges, aux temps du vivre ensemble, dans un environnement stimulant (expositions, espaces de débats organisés, soirée culturelle, etc…).

Découvrir le pré-programme

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.