Archipel Méditerranées à Ivry

Rencontre des arts, mythes et sociétés des peuples qui bordent la Méditerranée... et au delà. Fidèle à sa tradition, le Théâtre Antoine Vitez entend contribuer aux débats qui font l'actualité, en mêlant les expressions sensibles et la réflexion. Trois jours de spectacles, de savoirs partagés avec des universitaires friands d'université populaire.
  • Date Du 9 novembre 2017 Au 11 novembre 2017
  • Lieu Théâtre d'Ivry Antoine Vitez 1 rue Simon Dereure, Ivry-sur-Seine (M°Mairie d'Ivry)
  • Réservation, inscription Réservation en ligne sur le site ou par téléphone au 01 46 70 21 55 (de 14h à 18h30 du mardi au samedi) http://theatredivryantoinevitez.ivry94.fr/
  • Information •tarif unique 10€ par soirée, sauf pour Corps en désordre le 11 novembre : entrée libre sur réservation.

TriumVirus © SimonGosselin TriumVirus © SimonGosselin
Jeudi 9 novembre 20h / TriumVirus 

A la lueur de la crise grecque. Un théâtre politique et documenté qui revient sur 2015 et en décortique le vocabulaire : "cure d'austérité", "pays malade", "traitement de choc"...

La compagnie Point de fuite part du refus de s’en tenir à l’impuissance collective face aux politiques d’austérité. Cette création porte attention au lien qui s’instaure entre un corps qui soumet un autre corps, aux mécanismes d’oppression mais aussi aux liens entre pouvoir et savoir, culpabilité et punition et aux possibilités de résistances et de renversements. Un spectacle qui nous offre une (salutaire) distance grotesque, provocatrice et satyrique sur la crise, une réponse à l’austérité en quelque sorte…

(Textes de Nina Villanova et extraits de À la Colonie Pénitentiaire de Franz Kafka, Le Malade Imagi­naire de Molière, Une Femme Sous Influence de John Cassavetes, Knock de Jules Romain, La Légende des Siècles de Victor Hugo…)

Spectacle suivi d’une conférence et discussion bord plateau avec Nina Villanova, dramaturge, actrice et metteure en scène de TriumVirus, et avec Alexis Cukier, docteur en philosophie politique à l’Université Nanterre Paris-Ouest. Intervenant régulier sur les questions posées par la « crise grecque », il nous racontera comment, en tant que grec et philosophe, il s’est mis à enquêter sur la mécanique de l’austérité imposée au peuple grec. Mécanique qu’il démontera devant nos yeux, comme on suit l’enquête d’un polar.

 

Ouled Jellaba © Mounir Ben Hadj Khalifa Ouled Jellaba © Mounir Ben Hadj Khalifa

 Vendredi 10 novembre à 20h / Ouled Jellaba 

Tunis dans les années 20 : l'époque où les cafés chantants attiraient les foules avec des chanteurs, magiciens, acrobates et danseurs populaires. Des danseurs travestis y reprenaient des chorégraphies normalement dévolues à la gent féminine. L’interdiction pour les femmes de danser en public ou dans les cafés chantants ouvrait un espace légitime à cette pratique du travestissement. Quand les femmes ont conquis le droit de danser et de chanter dans les cafés, ces danseurs travestis ont été ostracisés et relégués aux quartiers mal famés de Tunis. C’est à un de ceux-là que le chorégraphe tunisien Rochdi Belgasmi rend hommage dans Ouled Jellaba. Ce solo braque les lumières sur la question du genre et de la sexualité dans la pratique de la danse tunisienne.

Discussion bord plateau avec Rochdi Belgasmi qui nous racontera comment il a ré-ouvert une mémoire chorégraphique marginalisée et progressivement sombrée dans l’oubli, avec le désir d’interroger et d’éclairer le présent, en dialogue avec Hélène Marquié, maîtresse de conférences en études de genre à l’Université de Paris 8, spécialisée en danse, et également chorégraphe de danse contemporaine.

 

Corps en désordre à Tunis Corps en désordre à Tunis

 Samedi 11 novembre 20h / Corps en désordre 

Depuis 2015, Archipel Méditerranées met en place des stages artistiques croisés, en France et en Tunisie. Un groupe de jeunes danseurs en est issu. Ils ont travaillé sous le regard du chorégraphe Sébastien Lefrançois et de la danseuse Claire Bournet en s’immergeant dans des lieux aussi différents qu’insolites : une friche, une école, un syndicat de défense des travailleurs, la rue. Après avoir été présenté au public des Journées Théâtrales de Carthage, le projet trouve son achèvement avec la création d’une forme chorégraphique courte, comme un jeu de construction dont les pièces se sont ajustées au fur et à mesure des rencontres, des réflexions partagées, pour raconter la rencontre de deux territoires, la Tunisie et la France.

Après le spectacle, Hélène Marquié nous présentera « Le corps à corps de la danse et du genre », une conférence sur la danse et la manière dont elle participe activement aux questions sociales et d’actualité, sur son rôle dans la préservation, l’élaboration ou la subversion des normes.

Ce moment d’échanges de pratiques et de savoirs sera accompagné d’une bonne soupe et de dattes !

Archipel Méditerranés rassemble La Cie Théâtrale de la Cité, Théâtre d’Ivry Antoine Vitez, Association Convergences, Le Théâtre El Hamra de Tunis et son centre de formation ARAFCENTER, l’ISAD de Tunis, l’auteur dramatique Gérard Astor, l’universitaire Adel Habbasssi, la Compagnie Trafic de Styles et la Compagnie Camargo. Avec le soutien de la Région Ile-de-France.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.