fabrice loi
Ecrivain, musicien, et travailleur du bois
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

1 Éditions

Portfolio 30 oct. 2018

Marseille: le mur de la honte

Comme ultime réponse à la contestation populaire contre son projet piloté par la Soleam, société d'aménagement, la mairie de Marseille monte un mur de béton entre les habitants et La Plaine, pour la «réaménager» par l'agence APS. Marseille prend ainsi le visage du Mexique, de Belfast, de Gaza, ou de Berlin en 1961.

fabrice loi
Ecrivain, musicien, et travailleur du bois
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. Basile Msgn

    Voici la réponse de la mairie de Marseille au souhaits démocratiques de ses habitants, exposés dans mon dernier portfolio. Devant cette dérive aussi fière d'elle-même, je poste donc l'adresse suivante à l'agence APS. La "vision" urbaine de cette officine est à l'origine, ou au moins complice, de la condamnation d'une place libre, démocratique, accueillante, transformée en camp retranché faute de dialogue par deux bataillons de CRS : Agence APS, message envoyé de ma part sur votre site ce jour 29 octobre 2018 Jour de deuil de la libre circulation, préparatoire à la prise de contrôle sécuritaire et paranoïaque sur la ville de Marseille : "Bonjour. Je m'appelle Fabrice Loi. Je suis écrivain, charpentier et vis à La Plaine. Je vous écris pour vous dire que votre projet d"aménagement", et surtout la manière dont il est amené sont un scandale sans précédent. Votre nom, ou plutôt celui, volontairement froid et abstrait, qui se voudrait élégant, de votre agence APS, eh bien dans le monde, et dans celui de votre métier, est entaché. Le ridicule et l'obscénité du mur de béton amené par les forces armées à la place Jean Jaurès, à Marseille, comme à Belfast ou à Gaza, pour couvrir vos agissements paysagers de commande fait déjà suite à ce qui pourrait être la plus grande méprise de votre agence. Réagissez. Il n'y a pas que l'argent qui compte ; prenez politiquement position, comme l'éthique de votre métier vous l'ordonne. Vous vous couvrez d'opprobre. Le Mur de la Honte, à Marseille, s'il n'est pas mis à bas collégialement sera pendant des années un but de visite. Une horrible curiosité. Vous tuez un quartier, des vies, des commerces qui seront réattribués de manière opaque et spéculative. Ce mur aveugle, atroce, carcéral symbolise déjà, maintenant, à lui tout seul l'absence de concertation et de démocratie qui plombe notre ville. Il montre le pouvoir de l'argent dans notre pays marseillais et est, que vous le vouliez ou non, associé à votre nom, agence APS. Vous voilà collaborateurs de dizaines de cars de police qui protègent votre projet, qui n'est pas celui des habitants, qui n'en veulent pas. On tue leurs arbres, leurs vies, on surveille et quadrille l'espace en votre nom. Votre honneur, votre dignité de citoyens et de professionnels exige que vous preniez publiquement position sur ce que vous prétendez faire de notre ville. Répondez. Justifiez vos murs, et votre association à des projets antidémocratiques. Cordialement, Fabrice Loi.

  2. Philippe Maquelle

    A la concertation, au carnaval, aux sardines, à la pétanque, aux jeux, au dialogue, à la tchatche, à la mairie de Marseille on répond : les armes, le béton, la peur. Vision d'enfer, sidérante, avec l'éternel refrain normatif, maladif, des apeurés réactionnaires qui établissent des murs, des barbelés, arme au poing. C'est dans nos rues, pas au Brésil ni en Palestine. France, 2018.

  3. Philippe Maquelle

    Jambes écartées, faces au mur, les soldats veillent au destin de la future place : soigneusement vidéoquadrillée, contrôlée, petits arbres à la place des grands tronçonnés, commerces foutus réattribués (à qui ?) par la mairie pour une "montée en gamme" du quartier... 

  4. Philippe Maquelle

    Hallucination citoyenne, France, Marseille-Berlin 1961 - 2018

  5. Philippe Maquelle

    On hésite entre Berlin 1961 ou Paris 1968... Sauf que plusieurs CRS témoignent de l'absurdité de la situation. L'un d'eux, sincèrement désolé, dit à un ami proche : "Eh oui, nous sommes en dictature".

  6. Philippe Maquelle
  7. Philippe Maquelle

     Tel est pris qui croyait prendre ?

  8. B.Plus
  9. B.Plus
  10. B.Plus

    Saisissante plongée dans le passé : le capitalisme, autrefois si justement moqueur du fameux "mur de la honte", en reconstruit de grotesques imitations dans ses villes. Partout dans le monde, de San Francisco à Montréal, de Berlin à Rome, Paris, Marseille ou Arles, les habitants sont expulsés de leurs centre-villes à des fins spéculatives liées à l'économie du net (Air BnB et salariat du tertiaire dit "bobo"). La comparaison entre ce qui restera Le mur de Marseille et les grands et maudits murs de l'histoire humaine est justifiée. Non par ses effets carcéraux ou directement meurtriers, mais dans son principe paranoïaque, et la haine de la différence qui en fut le prétexte.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica