saïd Penda
Journaliste et cybermilitant défenseur des droits humains
Abonné·e de Mediapart

36 Billets

0 Édition

Portfolio 25 avr. 2021

Côte d’Ivoire : Halte au révisionnisme !

Certains veulent réécrire l’histoire récente de la Côte d’Ivoire. Ils veulent transformer les victimes, le président Ouattara et ses sympathisants, en bourreaux, et nous devons rétablir la vérité.

saïd Penda
Journaliste et cybermilitant défenseur des droits humains
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. Youssouf koné

    Ceux qui en ont vu de toutes les couleurs, dans ce pays, ce sont tous ces Ivoiriens du nord dont on déchirait les cartes d’identité parce qu’on avait décidé que leur nationalité était douteuse. Les victimes ce sont tous ces Ivoiriens du septentrion qu’on arrêtait à tous les barrages de police et de gendarmerie parce qu’ils s’appelaient Ouattara, Traoré, Soro, Coulibaly, Cissé, Sidibé, Sangaré, Koné, Bakayoko, Sylla, Diaby, Meité, Touré, etc. Les victimes ce sont ces populations massacrés par milliers durant les dix années de règne de triste mémoire du criminel de guerre gbagbo, dont le seul crime était d’appartenir à la communauté de l’opposant Ouattara. Cette exclusion et ce harcèlement permanent ; ces assassinats ciblés d’opposants et ces massacres communautairement orientés constituent les raisons qui ont motivé la prise des armes par les Ivoiriens du nord, dont la rébellion fut un vrai mouvement de libération similaire à la branche armée de l’ANC de Nelson Mandela. L’objectif était très noble : arrêter l’apartheid qui visait les populations du nord de la Côte d’Ivoire et instaurer une Côte d’Ivoire unie, où nul ne sera persécuté pour son appartenance ethnique, communautaire ou politique.

    Ils veulent pervertir l’histoire contemporaine de ce pays désormais mien. Jusqu’à mon dernier souffle je me battrais pour leur rappeler le rôle néfaste de leur idéologie fasciste d’exclusion et leur funeste projet de génocide qui visait les populations du nord de la Côte d’Ivoire, musulmanes comme chrétiennes. Par cette instrumentalisation éhontée, ils n’ont pas que tué leurs propres concitoyens du nord, mais ils ont volontairement amalgamé des Burkinabés, Maliens, Guinéens, Nigériens et même des Sénégalais, dont le tort est de partager avec les ressortissants du nord de la Côte d’Ivoire les mêmes patronymes et/ou la religion musulmane. Je me souviens de ce slogan en guise de consigne que répétaient des agents de la police, des éléments des unités de l’armée et de la gendarmerie dans certaines régions de la Côte d’Ivoire : "Dioulas c’est Dioulas". Plus de distinction entre un Coulibaly de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Burkina ou même du Sénégal ; un Ouattara de Côte d’Ivoire, du Mali ou du Burkina ; ou encore un Traoré ou un Touré de Guinée, de Côte d’Ivoire, du Mali ou du Sénégal. « Dioulas c’est Dioulas !» scandaient-ils en sortant en opération les forces du mal sous le commandement direct du chef suprême de l’armée, j’ai nommé laurent koudou gbagbo. Selon des chiffres de différentes organisations nationales ivoiriennes et internationales des droits humains que j’ai consolidés, les années gbagbo furent marquées par les massacres et assassinats ciblés de plusieurs dizaines de milliers de populations communément appelé Dioulas, du nord de la Côte d’Ivoire, mais également du Burkina, du Mali, de Guinée, du Sénégal et, dans une moindre mesure, du Niger.

    On peut pardonner et se réconcilier. On doit pardonner et se réconcilier, mais les victimes ne nous pardonneront jamais d’oublier.

    Ce qui est vrai, est vrai !

    Par Saïd Penda/ Ancien de la BBC et de l'Union Européenne - Journaliste d'investigation et analyste politique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica