saïd Penda
Journaliste et cybermilitant défenseur des droits humains
Abonné·e de Mediapart

36 Billets

0 Édition

Portfolio 26 avr. 2021

Attaque d'un camp militaire d'Abidjan : les enquêteurs sur deux pistes.

On chiffre aujourd’hui à une douzaine, le nombre de personnes arrêtées à la suite de l’attaque du camp militaire de N’dotré, dans la banlieue d’Abidjan.

saïd Penda
Journaliste et cybermilitant défenseur des droits humains
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. Selon mes sources au sein du renseignement militaire, on compte parmi les individus interpellés un militaire en activité qui servait à l’Hôpital Militaire d’Abidjan (HMA), mais également d’anciens membres des miliciens pro-gbagbo du Grand Ouest ivoirien qui avaient pour chefs Maho Glofiéhi (Guiglo) ou encore Colombo (Duékoué). Au nombre des personnes actuellement aux mains de la justice se trouvent également quelques Libériens, dont certains sont d’anciens combattants des longues guerres civiles du Liberia.

    Les renseignements ivoiriens n’ont pas encore identifié de façon formelle les commanditaires de l’attaque qui s’est soldée par le décès de quatre assaillants, mais selon mes sources, les enquêteurs tentent de recouper la piste de soro et de gbagbo. Il est possible que l’ancien président tente, à travers ce genre d’opérations, d’établir une sorte de rapport de force militaire pour ensuite négocier de meilleures conditions pour son retour. En effet, légaliste, le président Ouattara a annoncé que laurent gbagbo pouvait retourner en Côte d’Ivoire où il s’assurerait qu’il bénéficiera de tous les avantages dus aux anciens Chefs d’États. Mais d'après les renseignements que j'ai pu obtenir de bonnes sources, la présidence ivoirienne n’a pas encore décidé de l’action légale qu’elle pourrait prendre pour faciliter le retour de gbagbo, condamné par la justice ivoirienne à 20 ans de prison.  Deux options s’offrent aujourd’hui à Alassane Ouattara. Faire adopter une amnistie qui bénéficierait à gbagbo, mais cette option n’est pas privilégiée par les conseillers du président de la république, car elle permettrait de remettre politiquement en scelle un personnage nuisible qu’ils jugent préférable d’exclure définitivement du jeu politique. Il reste la grâce présidentielle qui épargnerait la prison à gbagbo, mais encore faudrait-il qu’il ait été condamné, sans recours, pour que la grâce soit possible. Or, en l’état, dès que gbagbo met les pieds en Côte d’Ivoire le procès doit reprendre comme l’exige la loi dans le cas des condamnations par contumace. Il appartiendra à la justice de décider de le laisser regagner sa résidence et de comparaître libre ou de le mettre sous mandat de dépôt durant tout le temps de son procès. Toutes ces incertitudes autour de son retour, avec son adversaire qui détient toutes les cartes, pourraient expliquer que des radicaux dans le camp de gbagbo aient conseillé des actions de subversion armée avec des attaques sporadiques sur des objectifs militaires, pour contraindre le pouvoir à des négociations en vue d’obtenir un retour moins humiliant que celui qui se dessine actuellement, où son avenir dépend entièrement du bon vouloir du président Ouattara.

    La piste soro poursuivie par les services de sécurité se justifierait par un geste de désespoir de l’ex-chef rebelle, pour signaler son existence et espérer ainsi être pris au sérieux. L’ancien président de l’assemblée nationale est, en effet, le grand absent des gestes que le président Ouattara a fait en direction de certains de ses opposants qui se sont illustrés dans des actions séditieuses. Si le président ivoirien a annoncé des mesures en faveur du retour de laurent gbagbo, à la suite de la libération des leaders de l’opposition qui avaient appelé à des violentes manifestations ayant causées la mort de 85 civils et militaires, il a complètement passé sous silence le cas soro. On dit soro guillaume désemparé et au bord de la dépression, du fait de l’absence de lisibilité qu’il a sur son avenir politique et même sur son avenir tout court. Un de mes sources dans son entourage me confirme le fait que sa consommation d'alcool est anormalement élevée depuis quelques mois, preuve que l'ex-seigneur de guerre ne se sent pas bien dans sa peau. 

    Ce qui est vrai, est vrai !

    Par Saïd Penda/ Ancien de la BBC et de l'Union Européenne

    Journaliste d'investigation et analyste politique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Au Royaume-Uni, le successeur de Boris Johnson manque déjà de légitimité
Le duel interne au parti conservateur pour la succession de Boris Johnson, entre Liz Truss et Rishi Sunak, semble déconnecté des urgences du moment, de l’inflation au climat. En raison du mode de scrutin, la légitimité du vainqueur sera faible.
par Ludovic Lamant
Journal — Europe
Un débat économique de faible niveau pour la direction du parti conservateur
Les deux candidats à la direction du parti n’ont guère d’idées face à la hausse des prix qui frappe pourtant de plein fouet l’économie britannique. Le débat économique se limite donc à un duel stratégique pour convaincre le cœur militant des Tories.
par Romaric Godin
Journal — Histoire
Sous les tapis des tisseuses, l’écho de la domination coloniale
En 1964, une soixantaine de familles de harkis ont été parquées dans une cité à l’écart de Lodève pour faire tourner ce qui allait devenir l’annexe de la manufacture de la Savonnerie de Paris, et raviver la tradition textile locale. Mais côté coulisses, l’Algérie française y a joué quelques prolongations.
par Prisca Borrel
Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie