Portfolio

Gustave Flourens, un intellectuel populaire

A la différence de l'Académicien-pseudo philosophe Finkielkraut, un brillant professeur au Collège de France, Gustave Flourens, pouvait arpenter les rues de Paris il y a 148 ans en suscitant les vivats de tous les passants ; revêtu du gilet garibaldien il avait choisi de se battre aux côtés des petites gens...i
  1. ...avant d'être élu au Conseil de la Commune par deux arrondissements (le XIXe et le XXe), il avait été promu "général" commandant les bataillons de la Garde nationale de Belleville. 

    Cette icône communeuse, qui fait penser à Che Guevara, a publié en février 1871, un texte magnifique auquel je faisais allusion dans mon précédent billet. En voici des extraits :

    "Si quelque heureuse convulsion ne vient enlever le pouvoir à la bourgeoisie, nous ne serons bientôt plus qu'une nation de baladins et de mandarins, de proxénètes et de vendus, d'agioteurs et de repus, de rhéteurs et de grammairiens...

    Pour l'observateur superficiel, la France est finie aujourd'hui. Ce n'est pourtant que la fin d'un système politique et d'une caste...La bourgeoisie, héritière de la noblesse, a commis la même faute qu'elle et en meurt. Elle a tout pris pour soi, n'a rien laissé au peuple. Elle a seulement changé le privilège du sang, en privilège de l'argent...

    Il faut à l'Europe, si elle ne veut finir bientôt comme le Bas-Empire romain, un principe nouveau qui la sauve du bourbier...Ce principe, le peuple l'a ; il l'aime, il le défend de toutes ses forces, il veut le faire triompher à tout prix. Il n'a jamais été appliqué politiquement dans le monde, et pourtant il peut sauver l'humanité, parce qu'il est la justice. Il peut seul fonder l'ordre et la liberté, déshabituer du brigandage les nations et les individus, résorber la bourgeoisie dans le peuple, réformer l'individu par l'éducation, procurer à chacun le bonheur véritable, qui consiste non dans la rapine, mais dans l'accomplissement de tous les devoirs, dans la jouissance de tous les droits du citoyen, créer enfin un nouveau monde, une jeune Europe toute différente de l'ancienne.

    Ce principe, c'est l'Egalité !"

    Le gilet garibaldien de Flourens aurait-il été de couleur jaune ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.