Portfolio

Carabistouilles

A contre-courant de tous les commentaires concernant l'extinction progressive de l'action salutaire des "gilets jaunes", je ne peux m'empêcher de relier ce mouvement en me référant aux "clubs rouges" de la Commune de Paris, même si cet exercice uchronique est incertain..."Nos vies sont des fêtes et non défaites" (même mot d'ordre que celui des Communeux)
  1. A écouter l'avocat macronien François Sureau, ce matin sur France Inter, j'avais la désagréable impression que son discours était frappé d'amnésie dans la mesure où partant d'une bonne analyse du mouvement des "gilets jaunes", il achoppait sur la faculté prospective de son développement en ignorant les racines historiques de cette "révolte des ronds points".

    Car effectivement, si les "gilets jaunes" ne constituent pas une "Commune-bis", ils nous montrent une étrange parenté avec les "Clubs rouges" qui ont fait la Commune de Paris en 1871 en dégageant tous les môles du pouvoir officiel et en esquissant les grands traits d'un ordre libertaire basé sur une véritable démocratie participative horizontale avec mandat impératif et consultations référendaires dans chaque arrondissement à propos des grandes décisions politiques et sociales...

    Aujourd'hui où les classes dominantes frémissent de trouille en observant les "casseurs" sur les étranges lucarnes, les suppôts du pouvoir macronien se reprochent d'avoir pêché par excès d'intelligence et de générosité en proposant à la plèbe des aumônes "de dingue" et en voulant bien discuter du "référendum d'initiative citoyenne".

    Tout cela relève de l'enfumage habituel, mais je crains que nous puissions répéter ce que le "bachelier Jacques Vingtras" disait en 1850, sous l'éphémère IIe République :

    "En politique, le ciel est noir. La République sera assassinée un de ces matins au saut du lit. Les symptômes sont menaçants, la patrie est en danger."

    NB) portrait de Jules Vallès par Eloi Vallat

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.