La vie quantifiée - Eh bien, dansez maintenant! #1

Dans cette conférence performée, Julien Prévieux, Anne Steffens et Grégoire Chamayou auscultent la quantification généralisée de nos vies et composent une partition textuelle et chorégraphique, croisant ethnomathématique, littérature, self-tracking.
  • Date Du 29 octobre 2020 Au 29 octobre 2020
  • Lieu la Gaîté Lyrique
  • Réservation, inscription Tarif plein : 6€. Tarif adhésion : 4€. Tickets : bit.ly/ticket-la-vie-quantifiee
  • Information Début : 19h. Fin : 21h.

 © Julien Prévieux - Where Is My (Deep) Mind ? © Julien Prévieux - Where Is My (Deep) Mind ?

Le géant du meuble en kit suédois a lancé l’an dernier une ligne de tapis imaginés par des artistes contemporain·e·s. Pour pouvoir les acquérir, dans certains pays d’Europe, les consommateur·rice·s devaient prouver leur coup de foudre pour le produit en se soumettant à un électro-encéphalogramme. Seul·e·s les consommateur·rice·s aux meilleurs scores ont pu procéder à l’achat.

La mise en chiffres de nos vies s’est généralisée pour se loger dans nos poches ou à nos poignets sous la forme de contrôleurs d’activité "embarqués" ou d’opérations marketing farfelues. Si les pratiques Quantified Self peuvent servir à faire le buzz, la quantification globale ne va pourtant pas de soi. Les statistiques anciennes comme le taux de chômage ou les sondages sur les intentions de vote soulèvent des débats récurrents. Il en va de même pour la "politique du chiffre" qui vise à optimiser le management en entreprise ou dans les services publics. Plus il y a de nombres, plus nous sommes loin du compte. Et le calcul de la "valeur de la vie", cet équivalent monétaire cher aux assurances, provoque questions et indignations.

Si les nombres font polémique au point de provoquer parfois leur rejet pur et simple, la "quantophrénie" est plus que jamais contagieuse. Cette maladie imaginée a pour principal symptôme la mesure excessive ou la conversion fanatique de tout phénomène social ou humain en langage mathématique. Elle est iconique d’un état du monde contemporain pris dans ses contradictions : plus les données numériques recouvrent la réalité, plus la gestion comptable du monde provoque excès délétères, apories et malaises.

Grégoire Chamayou, Julien Prévieux et Anne Steffens reviennent ensemble, à l’occasion de cette conférence performée, sur la quantification généralisée de nos vies et composent une partition textuelle et chorégraphique en croisant pêle-mêle recherches ethnomathématiques autour des systèmes de numération corporelle, lectures d’extraits de la fameuse Modeste proposition pour empêcher les enfants des pauvres en Irlande d’être à charge à leurs parents et à leur pays et pour les rendre utiles au public de Jonathan Swift, analyses des calculs économiques pour estimer le coût d’une vie, expériences de self-tracking et révision du fameux calcul de la surface de Dieu d’Alfred Jarry. L’expression de Schrödinger n’a jamais été aussi démontrable qu’aujourd’hui, "la vie est trop compliquée pour être entièrement accessible aux mathématiques". Reprenons la main sur les chiffres. À la lettre.

Cette rencontre fait partie du cycle de performances et de conférences transdisciplinaires "Et bien, dansez maintenant !", conçu en collaboration avec les artistes Julien Prévieux et Jeff Guess.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.