Ricardo Parreira
Journaliste independant
Abonné·e de Mediapart

36 Billets

0 Édition

Portfolio 23 mars 2022

Ricardo Parreira
Journaliste independant
Abonné·e de Mediapart

Surréalisme et politique au Carnaval de la Plaine

Le Carnaval de Plaine est unique par son style, les masques qui accueillent l'équinoxe, révèlent la folie humaine, son ingéniosité, son humour, sa magie. Il en est de même pour les colères qui s'expriment, parfois extrêmes, qui trouvent leur origine dans une injustice sociale permanente. Le Carnaval est un élément purgatif et cathartique dont la vie a besoin, le cri populaire qui se renouvelle.

Ricardo Parreira
Journaliste independant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. @RicardParreir

    Ce dimanche 20 mars se tenait à Marseille le 23e Carnaval indépendant de la Plaine, beaucoup critiqué l'année dernière pour avoir défié les restrictions sanitaires (et encore critiqué cette année sur les réseaux sociaux). Plus de 8 000 personnes, selon les estimations, ont participé à cet événement éminemment politique et militant qui, comme d'hab, n’a fait l’objet d’aucune déclaration aux autorités. Le Carnaval de la Plaine est l’occasion d’une débauche de revendications sociales et politiques qui se déclinent depuis la place Jean-Jaurès.

  2. @RicardParreir

    Vers 15 h, nous avons assisté au traditionnel jugement des représentants publics et du mauvais gouvernement. La gentrification de la Plaine a été le thème principal : la spéculation immobilière, les dizaines de caméras qui surveillent 24h/24 les résidents, et les magasins pour touristes…

  3. @RicardParreir

    Malgré cette « rénovation » pensée pour le bifton et pas pour les habitants, la grande joie de cette année est le retour à Plaine. Les travaux de la place étant terminés, le carnaval peut retrouver son parcours d'origine : départ de la Plaine, puis Noailles, Réformés et retour à la Plaine.

  4. @RicardParreir

    "Peut-être que je représente le vrai visage de tous ces riches en costards."

  5. @RicardParreir

    "Les mouettes sont des oiseaux qui mangent de tout.

    Elle ne chante pas, elle cri, et en groupe leurs cris sont très bruyants. C'est un oiseau omnivore, donc un animal qui mange de tout. Elle se nourrit d'insectes, de vers de terre, de poissons, et de petits fruits."

  6. @RicardParreir

    L'épreuve du style.

  7. @RicardParreir

    Le Carnaval de la Plaine, c'est aussi le carnaval des enfants, qui, séparés de leurs parents, courent partout, et se sentent libres et en securité, de faire leurs bêtises au milieu de milliers de personnes. 

  8. @RicardParreir

    All Cats Are Beautiful.

  9. @RicardParreir

    Le jeu du calmar ?

  10. @RicardParreir

    "Ni en burla ni en veras, con tu amo no partas peras."

  11. @RicardParreir

    Les sorcieres d'akelarre.

  12. @RicardParreir

    Fuck Putine ?

  13. @RicardParreir

    Gilet Jaune - épisode 2156

  14. @RicardParreir

    Les maîtres de la farine...

  15. @RicardParreir

    Le mythe.

  16. @RicardParreir

    L'art populaire.

  17. @RicardParreir

    Spooky.

  18. @RicardParreir

    Le Carnaval de Plaine est unique par son style, plein de vie, les masques qui accueillent l’équinoxe, révèlent la folie humaine, son ingéniosité, son humour, son amour, sa magie. Si la photographie ne représente qu’un instant, elle sert de document à tous ces masques qui finissent par être brûlés dans le feu libérateur. Il en est de même des colères qui s’expriment, parfois extrêmes, qui trouvent leur origine dans une injustice sociale permanente. Le Carnaval de la Plaine est un élément purgatif et cathartique dont la vie a besoin, le cri populaire renouvelé et nécessaire.

  19. @RicardParreir
  20. @RicardParreir
  21. @RicardParreir

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte