À CONTRE COURANT : RÉSISTER, CONSTRUIRE, VIVRE ENSEMBLE

Dans le cadre du festival Migrant’Scène, deux évènements sont proposés à Paris les 12 et 13 novembre, à la Maison des métallos, partenaire de La Cimade et du festival depuis plusieurs années : spectacle, lecture, débat, musique, exposition...
  • Date Le 12 novembre 2016
  • Lieu Maison des métallos, 92 rue Jean-Pierre Rimbaud, 75011 Paris
  • Réservation, inscription www.maisondesmetallos.org
  • Information 16h30, Entrée libre, réservation conseillée

Le vivre-ensemble est une réalité. A contre-courant du discours dominant alimentant la peur et le rejet de l’autre,  des actions, individuelles ou collectives, de solidarité se mettent en place tous les jours. Ces résistant.e.s d’aujourd’hui nous démontrent par l’exemple qu’une autre politique est possible : celle de l’accueil, de l’ouverture et de l’hospitalité.

ms2016-vraiment1hommea-sangatte
16H30 - Spectacle Vraiment un homme à Sangatte
Poème épique sur le destin des migrants de Lancelot Hamelin, mis en voix par Magali Bonat avec les élèves du Conservatoire de Lyon. Les jeunes comédiens sont allés jouer à Calais même.
Ce voyage a été documenté par un film de Lucas Palen et Arnold Zeilig, projeté après la lecture et suivi d’une rencontre avec l’équipe artistique.

18h30 : Lecture / débat
Marie Cosnay  –  Fragments littéraires d’expériences solidaires de résistance, extraits de son livre Jours de répits à Baigorry.
Cette lecture sera suivie d’un débat participatif avec

  • Giovanni Maiolo – association Re.Co.Sol (association de communes de Calabre)
  • Stefan Dünnwald -  ProAsyl (association allemande de soutien aux migrant.e.s)
  • Lola Courcoux- RESOME (collectif d’universitaires pour l’accès à l’enseignement)

Modératrice :  Sabrina Kassa, journaliste à Médiapart

Clôture en musique avec Fawaz Baker, oudiste syrien en solo.

Exposition : Projet Affichez vousHugues Anhès

ms2016-exposition-hugesanhes
Un quartier, une ville, un pays, un continent sont autant de carrefours par lesquels différentes identités se croisent. Apprendre à connaître les autres, peut nous apprendre à nous connaître nous mêmes. Ces installations nous proposent d’aller au-delà de nos préjugés par un jeu d’oppositions et de rassemblements, ces images nous invitent à chercher en nous une autre perception des autres et de nous mêmes. Afficher les différences comme rempart contre les préjugés et la violence par un jeu d’affiches collées les unes contres les autres puis déchirées.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.