louisebihan
Autrice indépendante
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Portfolio 9 oct. 2022

louisebihan
Autrice indépendante
Abonné·e de Mediapart

Les salarié·es de Camaïeu veulent limiter la casse de leur entreprise

Camaïeu, entreprise de grande distribution textile, a été placée en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Lille le 27 septembre dernier. Conséquence principale : le licenciement brutal de 2600 employé·es dans toute la France. Depuis, les négociations syndicales s'enchaînent. Ici, le 7 octobre, avait lieu la 3e réunion de négociation avec la direction.

louisebihan
Autrice indépendante
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. Louise Bihan

    Un piquet de "grêve" installé devant le siège de Camaïeu, à Roubaix.

  2. Louise Bihan

    "Klaxon = Soutien". Quelques militant-es de la CGT se sont installés devant le siège de Camaïeu, en face du rond-point, avenue Jules Brame.

  3. Louise Bihan

    Ex-salarié-es et soutiens réuni-es devant le siège de Camaïeu pour écouter le délégué syndical CGT leur faire un résumé de la réunion en cours.

  4. Louise Bihan

    L'entreprise, créée à Lens, dans le Pas-de-Calais, en 1984 employait près de 2600 personnes sur toute la France.

  5. Louise Bihan

    Des membres de la direction de Camaïeu quittent le siège.

  6. Louise Bihan

    Après la réunion de négociation, une petite assemblée générale se tient au niveau du piquet CGT.

  7. Louise Bihan

    La CGT, syndicat minoritaire au sein de l'entreprise, dénonce une "faillite organisée" des actionnaires.

  8. Louise Bihan

    Des ex-salarié-es de Camaïeu échangent sur la suite des actions à entreprendre.

  9. Louise Bihan

    Alors que leurs 3 derniers jours de travail ont rapportés 25 millions d'euros à l'entreprise, la direction ne leur propose que 12 millions sous forme de prime (environ 5000 personnes). Pourtant, la décision du tribunal de commerce de Lille exigeait à ce que l'intégralité de ce chiffre d'affaires soit reversé aux salarié-es. Une situation dénoncée par la CGT. Les négociations reprennent le 10 octobre.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Violences sexuelles : non, les élus mis en cause ne sont pas « comme les autres »
La majorité a octroyé la présidence du groupe d’amitié France-Liban à l’ancien ministre Damien Abad car il serait « un député comme les autres ». Comme pour le député LFI Adrien Quatennens, les partis politiques ne sont pas à la hauteur de #MeToo.
par Lénaïg Bredoux
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine

La sélection du Club

Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez