Vous êtes un pleutre, Monsieur Macron

Monsieur, vous avez choisi la pire voie pour commencer votre riquiqui quinquennat, la plus anti-démocratique qui soit: celle qui a pour nom honni ordonnance. Ordonnances qui une fois votées par le parlement, vous permettront de modifier le code du travail sans vote à l'assemblée nationale et au Sénat. Au mieux, vous prendrez deux ou trois heures pour «expliquer» vos projets aux syndicats.

Il en est  mal ainsi, vous inaugurez de manière abominable notre quinquennat, Monsieur, vous que je ne suis pas encore obligé d'appeler Président.

À l'heure où j'écris ces lignes, je n'ai pas pris ma décision, voter pour vous ou voter blanc. Si je vote pour vous, il est bien clair que ce sera pour faire barrage à l'autre Walkirie. En me bouchant le nez.

Mais que les choses soient claires, commencer votre «règne» par le vote d'ordonnances qui vont liquider le code du travail, promulguer in extenso la loi El Khomri, qui permettra de valider des accords d'entreprise même si ceux-ci sont moins favorables aux salariés que l'accord de branche.

Travail du dimanche, montant de  la majoration des heures supplémentaires, durée du travail, tous ces éléments seront, pourront être négociés entreprise par entreprise. Tout cela, selon  votre bla-bla-bla habituel, pour être au plus près des réalités, vieille revendication du MEDEF. En fait, dans nombre d'entreprises, petites ou moyennes, les syndicats y sont soit absents, soit très faibles. C'est la raison pour laquelle, jusqu'à présent, un accord d'entreprise n'était possible que s'il était plus favorable que l'accord de branche. Là, c'est l'inverse, la liberté du renard dans le poulailler 

Deuxième volet, le plafonnement des indemnités prud'homales. Les patrons seront désormais tranquilles avec vous. Jusqu'à présent, le code proposait des montants, libre aux juges de les respecter ou pas. Désormais, toujours en cas de licenciement abusif, les montants maximum seront definis par la loi.

Troisième et dernier volet, et non le moindre, les fonctions de délégué du personnel, représentant élu au comité d'entreprise et de membre du CHSCT (comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) seront regroupées et occupées par une seule et même personne. Çest proprement scandaleux !

Quiconque a travaillé dans une entreprise de taille moyenne, quelques centaines de salariés, ou quelques dizaines, sait parfaitement qu'il est humainement impossible de cumuler ces différentes tâches, aujourd'hui occupées chacune, la plupart du temps, par trois personnes différente. Délégué du personnel, c'est être à l'écoute de chacun, examiner chaque problème, l'étudier comme le ferait un avocat que vous n'êtes pas, c'est débattre avec la direction ou la DRH pour tenter de trouver la meilleure solution, etc, tout cela est très chronophage.

Élu du CE ou du CCE, c'est pire encore. Il faut travailler l'ordre du jour, étudier chaque point dont vous n'êtes évidemment pas un spécialiste, par exemple le résultat d'exploitation trimestriel...

Et membre du CHSCT, c'est toujours être à l'écoute, mais surtout se tenir informé des normes à respecter dans tous les domaines qui concernent l'hygiène et la sécurité, et ce n'est pas une petite affaire.

Bref, regrouper ces trois fonctions, c'est les rendre inopérantes, et évidemment, bien moins coûteuses pour le patron.

Mais voilà, vous avez peur des français, vous n'avez même pas le courage d'un débat à l'Assemblée nationale, vous avez peur des réactions de «la rue», et sous prétexte d'efficacité et de rapidité, vous allez, en catimini, pendant le mois de JUILLET, lorsque nous serons en vacances, faire voter ces ORDONNANCES SCÉLÉRATES qui vous permettront de mettre à mal des pans entiers de la protection sociale conquis par les salariés depuis la Liberation.

Certes, comme vous l'avez déjà répondu, cela figure dans votre programme !!! Chacun DOIT en être informé ; tu parles, Charles. Qui a décortiqué votre «programme». La plupart des gens auront voté sur votre «belle gueule», sur votre bagout, sur votre jeunesse, comme si c'était un atout naturel. 

La preuve est donc administrée, vous êtes un peureux, ce qui laisse mal augurer de vos relations avec vos pairs européens.

Le seul mot qui vous sied parfaitement: Emmanuel MACRON, vous êtes un LÂCHE. Vous attaquerez les Français sans défense, vous êtes un LÂCHE. Vous tirerez dans le dos des Français, vous êtes définitivement un LÂCHE.

Mobilisons nous dès maintenant, sans attendre afin de tout faire pour éviter ce mauvais coup. Vous voyez, point n'est besoin de mettre en place une dictature pour désarmer les Français...

Nous ne sommes pas prêts à vous laisser faire, Monsieur Macron, nous serons en travers de la route.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.