LE NIGER ENDEUILLÉ À LA VEILLE DE RAMADAN

Devant la montagne des urgences à régler et face à l'incompétence chronique du pouvoir à soulager les souffrances du peuple, on se demande avec inquiétude et gravité d'où viendra la solution ?

LE NIGER ENDEUILLÉ À LA VEILLE DE RAMADAN

Inna lillahi wa inna ileyhi rajî'un.

Condoléances aux familles, rétablissement pour les blessés au lendemain de cette tragédie qui endeuille à la fois les familles et le peuple solidaire du Niger, à la veille de ce mois béni du Ramadan, avec ce lourd bilan de 58 morts et plus d'une trentaine de blessés dans cette terrible explosion d'un camion citerne accidenté, rempli d'essence aux abords de l'aéroport Diorri Hamani de Niamey, survenu ce dimanche 5 mai.

Mais la colère l'emporte sur la tristesse, de voir les vies de nos compatriotes saccagées et brisées sur l'autel de l'irresponsabilité et de la mauvaise gouvernance qui sévissent impunément dans notre pauvre pays, devenu l'incarnation de l'enfer sur terre pour les populations.

En effet, comment ne pas situer la responsabilité des autorités de la ville de Niamey, et au-delà, celle du pouvoir, de fermer les yeux sur le chaos qui règne au niveau de la gestion du trafic automobile dans la capitale, et l'explosion des stations d'essence qui y poussent comme des champignons dans une totale opacité, à proximité très dangereuse des habitations, mettant ainsi en danger de façon irresponsable la sécurité des riverains ?

En ces temps de très fortes chaleurs, où le thermomètre affole les compteurs avec des températures au zénith, ce trafic automobile sauvage dans la capitale contribue à transformer la ville en une fournaise prête à exploser à la moindre étincelle, et où en attendant, l'air y est irrespirable en raison de la pollution qu'engendre ces milliers de pots d'échappement dans une circulation anarchique, provoquant des complications et des maladies très graves pour des populations précarisées sans la moindre couverture sociale.

Le temps passe, et les signaux n'arrêtent pas de clignoter au rouge à tous les niveaux, du secteur de la santé à celui de l'éducation, des services publics de l'eau et de l'électricité en panne générale sauf pour les zones où résident les apparitchiks du pouvoir, de l'insécurité liée aux actions des groupes terroristes qui déstabilisent le fonctionnement des régions entières du Nord au Sud du pays, et ce, malgré la présence massive des troupes étrangères sur le territoire national censées nous protéger des attaques terroristes, la gabegie du pouvoir et son népotisme qui alimente une corruption et une dilapidation à grande échelle des deniers publics en toute impunité, la coupe est pleine et le lit de souffrance du peuple déborde sans digue de secours pour l'arrêter.

Devant la montagne des urgences à régler et face à l'incompétence chronique du pouvoir à soulager les souffrances du peuple, on se demande avec inquiétude et gravité d'où viendra la solution ?

Espérons que l'arrivée de ce mois béni du Ramadan, soit une occasion à la faveur de la bénédiction et de la miséricorde qu'il contient, malgré la tristesse de ce drame qui endeuille le pays, pour permettre à tout un chacun de se ressaisir et d'interroger sa conscience sur son devoir vis à vis de son pays, le Niger, et de s'engager sincèrement à le servir afin de l'aider à sortir de l'abîme dans lequel il gît depuis un long moment sans fin.

Ramadan Moubarak à tous incha Allah.

Avec affection, espoir et détermination

AbdouRahmane

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.