DES MILLIONS DE CONGOLAIS MASSACRÉS DEPUIS 1993 DANS LE PLUS GRAND SILENCE MÉDIATIQUE

Cette guerre alimentée par les pays voisins qui lorgnent sur les richesses dont régorge le sous-sol congolais, mais encore plus par les puissances impérialistes friandes de matières premières à bas coûts nécessaires à l'entretien du niveau de leur croissance doit être dénoncée et médiatisée.

COMMENT DES MILLIONS DE CONGOLAIS PEUVENT-ILS ÊTRE MASSACRÉS DE 1993 A AUJOURD'HUI DANS LE PLUS GRAND SILENCE MÉDIATIQUE ?

Telle était l'interrogation que nous nous étions posée il y a quelques semaines à travers un précédent billet sur cette même page, pour comprendre l'omerta qui règne dans les médias au sujet des massacres en cours dans la République Démocratique du Congo, devenue l'angle mort de l'analyse des conflits qui agitent le globe, alors même qui'l est de loin le plus meurtrier de tous.

Devant la dégradation de la situation et le risque d'embrasement général qui pourrait survenir la semaine prochaine à l'issue de l'annonce des résultats de l'élection présidentielle qui vient de s'y dérouler après deux années de retard dû à la réticence de Joseph Kabila, le président sortant de quitter le pouvoir, il nous paraît urgent d'attirer l'attention des opinions sur la tragédie du peuple congolais.

Cette guerre alimentée par les pays voisins qui lorgnent sur les richesses dont régorge le sous-sol congolais, mais encore plus par les puissances impérialistes friandes de matières premières à bas coûts nécessaires à l'entretien du niveau de leur croissance doit être dénoncée et médiatisée.

En effet, notre combat pour la paix, nous oblige à être la voix des sans voix, la voix des victimes silencieuses, des femmes, des enfants, des personnes âgées sans défense, livrées à la barbarie de la guerre comme c'est le cas aujourd'hui en RDC, pour exiger en leur nom que les armes se taisent afin que puisse advenir la paix.

Avec affection, espoir et détermination

AbdouRahmane

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.