QUAND LA DÉMOCRATURE ARRÊTE LA DÉMOCRATIE

10,2 Milliards de $, voilà la rançon reçue du FMI et de la BM, autant dire de la part des américains, par l'Equateur du président Lenin Moreno pour accepter d'ouvrir les portes de l'ambassade de son pays à la police britannique qui a arrêté aujourd'hui à Londres, le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange.

QUAND LA DÉMOCRATURE ARRÊTE LA DÉMOCRATIE

Je ne trouve pas les mots pour dire ma tristesse et mon inquiétude face à ce qu'est devenue aujourd'hui la démocratie, dans les mains d'une élite politique qui se sert d'elle en Occident et ailleurs dans le monde, pour prendre le pouvoir sur les peuples, et qui se sert du pouvoir pour servir les intérêts d'une oligarchie qui lui dicte ses ordres, et qui comble de la perversion du système, au nom de la démocratie, écrase dans la violence, les revendications légitimes du peuple pour une meilleure justice sociale, une meilleure défense des libertés et des droits, une meilleure exploitation des ressources naturelles pour protéger le climat, pour un monde meilleur tout simplement.

De Julian Assange, à Edward Snowden, des Gilets Jaunes en France aux Indiens d'Amazonie en lutte pour protéger leurs terres et leurs cultures contre l'appétit des lobbys agricoles et de l'immobilier, des paysans africains aux agriculteurs français ruinés sur l'autel de la mondialisation, des SDF rejetés sur les trottoirs de la précarité de Paris à New-York, aux migrants abandonnés au milieu de la Méditerranée comme une cargaison encombrante qu'aucun pays développé ne veut accueillir, partout à travers ces exemples, nous assistons impuissants à la violence des riches qui maltraitent l'humanité.

10,2 Milliards de $, voilà la rançon reçue du FMI et de la BM, autant dire de la part des américains, par l'Equateur du président Lenin Moreno pour accepter d'ouvrir les portes de l'ambassade de son pays à la police britannique qui a arrêté aujourd'hui à Londres, le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange.

A l'humanité qui habite chaque citoyen de se faire entendre pour mettre un terme à cette prédation sauvage de l'hommoéconomicus totalitaire sur l'humain.

"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, il le sera à cause de ceux qui les regardent agir sans rien faire."

(Albert Einstein)

Avec affection, espoir et détermination

AbdouRahmane

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.