LE BAL DES HYPOCRITES

Le terrorisme ou la double peine des musulmans, sommer de se désolidariser d'un crime dont ils sont à la fois victimes et coupables.

LE BAL DES HYPOCRITES

Comme si la douleur du souvenir de ce jour terrible du 13 novembre 2015, où la violence aveugle du terrorisme a endeuillé la France, avec la mort de 130 personnes, ne suffisait pas à hanter pour longtemps la mémoire collective de notre pays, il faut en plus supporter comme l'a si judicieusement mis en évidence Bruno Masure, " la double peine " : << la douleur des victimes et de leurs leurs proches, hélas. Et les insupportables délires des pseudos " experts " >>.

L'ancien journaliste faisait référence dans un tweet publié suite à l'attentat de Barcelone d'août 2017, à la curie des " experts "qui colonisent les médias à chaque attentat, où ils débitent à chaud sans preuve, ni distance critique, des analyses et des commentaires plus loufoques les uns que les autres, histoire de faire le buzz et soigner leur notoriété.

En cette journée de recueillement en mémoire des attentats qui ont endeuillé le Bataclan, le Stade de France et certains cafés et restaurants de la capitale le 13 novembre 2015, la double peine est infligée aux musulmans de France, par une poignée d'hypocrites, amenés par l’innommable et contesté e-mam de Drancy, Hassan Chalgoumi, accompagné et encadré par son mentor, " sa boîte à penser ", l'écrivain pro-sioniste, Marek Halter, suivis de quelques jeunes manipulés, provenant de Belgique et de l'Hexagone, ainsi que de quelques religieux en mal de notoriété, qui se sont livrés à une ignoble opération de récupération de cette tragédie sur le dos des musulmans.

En effet, c'est véritablement une double peine qui est infligée aux musulmans à travers cette opération, car malgré les nombreuses victimes issues de leurs rangs tombées sous les balles des terroristes, le statut de victime leur est déniée, ils sont exclus du deuil national, de la solidarité qui dans ces moments là soude toutes les filles et les fils de la nation, et ils sont soumis à une injonction des médias, de la classe politique et de certains intellectuels dévoyés, dont la liste serait longue à citer, qui les mettent en demeure de " se désolidariser " des terroristes, soit en prenant publiquement la parole, ou en organisant des marches ou des manifestations comme celle que Marek Halter a mis en scène aujourd'hui.

Si l'illégitimité de Hassan Chalgoumi à parler, si tant est qu'il en soit capable, au nom des musulmans ne se discute pas, et suffit à démontrer son hypocrisie dans cette mise en scène, le double jeu de Marek Halter me paraît encore plus détestable, dans la mesure où parrainant cette pseudo opération de dénonciation du terrorisme, à travers laquelle il se sert de sa " boîte à résonance " que représente Chalgoumi, pour donner à voir que les musulmans dénoncent le terrorisme et s'en désolidarisent à travers un tour d'Europe en bus, il enferme vicieusement dans l'imaginaire collectif par cette même démarche, les musulmans, comme des soutiens du terrorisme, dont ils doivent faire la preuve sur la place publique de leur rejet et de leur désolidarisation.

C'est cette manipulation insidieuse à la fois, de l'opinion publique, des musulmans et de la question du terrorisme qui est inacceptable et insupportable de la part de quelqu'un qui se considère comme un intellectuel, partisan de la paix et du dialogue entre les citoyens, notamment entre juifs et musulmans.

Le terrorisme et la menace qu'il fait peser sur nos libertés et notre sécurité est une inquiétude suffisamment angoissante, qu'il n'est point besoin de l'instrumentaliser pour fracturer la société et dresser les citoyens les uns contre les autres, dans une guerre des peurs et des rejets, s'y adonner est une trahison du pacte républicain.

Avec affection, espoir et détermination

AbdouRahmane

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.