L'INDIGNATION SÉLECTIVE FACE AU RACISME NOURRIT L'ANTISÉMITISME !

Cette indignation sélective face aux actes de racisme qui affectent et menacent la cohésion de notre pays ne profite pas à la lutte contre l'antisémitisme, bien au contraire, elle la nourrit.

L'INDIGNATION SÉLECTIVE FACE AU RACISME NE PROFITE PAS A LA LUTTE CONTRE L'ANTISÉMITISME, ELLE LA NOURRIT !

Suite aux violentes insultes adressées au philosophe Alain Finkielkraut, en marge de l'acte XIV de la manif des Gilets Jaunes qui s'est déroulée la semaine dernière à Paris, une vague d'indignation sélective s'est emparée de la classe politique et médiatique, avec pour point d'orgue, la manif à laquelle appellent aujourd'hui pas moins de quatorze partis politiques à 19H à la Place de la République.

En effet, cet élan de solidarité racoleur envers la légitime lutte contre l'antisémitisme s'apparente à un foudroyant baiser de la mort imposé à cette juste cause, sur le dos de la défense des piliers de la République, Liberté, Égalité, Fraternité, que ces mêmes hommes et femmes politiques n'ont jamais réussi à incarner de façon égalitaire pour tous les citoyens de ce pays.

En effet, que ne les a-t-on pas entendu élever la voix, crier leur indignation, et appeler à des manifestations de masses quand au début du mouvement, une femme voilée a été prise à partie par des Gilets Jaunes en raison de son voile qui lui a été violemment arraché en public, une autre femme noire, agressée au volant de sa voiture aux cris de "rentre dans ton pays", "les histoires des noirs on n'en veut pas ici", ou lorsqu'un groupe de Gilets Jaunes s'en est pris à de jeunes migrants cachés dans un camion, avant de les dénoncer aux gendarmes, pour ne citer que ces exemples !

Ainsi, pour faire oublier leur faillite face à cette responsabilité qui est la leur, et pour laquelle ils ont été élus par le peuple, a savoir rendre accessibles à tous les citoyens les valeurs de la République, ils en sont réduits à défaut de véritables réponses face aux revendications légitimes des Gilets Jaunes, à essayer de criminaliser le mouvement, adoption de la loi anti-casseurs hier, et tentative de le diaboliser aujourd'hui, avec cette chasse aux sorcières que représente l'infâme accusation d'antisémitisme, que le gouvernement, avec l'aide de ses chiens de garde parmi les médias, tente coûte que coûte, vaille que vaille à accoler au mouvement, pour lui faire perdre le crédit du soutien populaire dont il jouit auprès des français.

Une stratégie abjecte et odieuse, car elle conduit à faire d'une pierre deux victimes : le mouvement populaire inédit des Gilets Jaunes, porteur de grands espoirs pour l'instauration d'une vraie justice sociale dans notre pays, et la lutte contre l'antisémitisme qui tirera mieux partie d'une vraie justice sociale profitable à tous les citoyens, que d'une manifestation orchestrée par des faux amis sur la Place de la République, ce qui est un comble !

Cette indignation sélective face aux actes de racisme qui affectent et menacent la cohésion de notre pays ne profite pas à la lutte contre l'antisémitisme, bien au contraire, elle la nourrit.

Offrir imprudemment l'islam et les musulmans en pâture au public, comme le font régulièrement les politiques et les médias, ne contribue pas à l'apaisement du climat des relations entre les citoyens, et ne permet pas un vrai dialogue entre les uns et les autres sur ce sujet sensible dans notre société, mais consiste à jeter de l'huile sur le feu sur cette question, au nom d'inavouables retombées électorales escomptées, ce qui est ignoble et indigne de la part des acteurs politiques dans une vieille démocratie comme la France.

Aux citoyens de ne pas se laisser divertir, ni instrumentaliser, par la sempiternelle recette de la vieille politique du "diviser, pour mieux régner", mais de rester vigilants à ce que le piège de la violence qui leur est tendue ne s'ouvre pas sous leurs pieds, qu'il soit du fait du pouvoir ou de celui des partis de l'extrême droite ou de l'extrême gauche aux aguets, et de plus que jamais, s'accrocher sans rien lâcher de leurs revendications légitimes pour la mise en place d'une vraie justice sociale pour tous, position qui assurément, leur garantira toujours le soutien du peuple solidaire.

ON NE LÂCHE RIEN !

Avec affection, espoir et détermination

AbdouRahmane

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.