CONGO : COMMENT 6 MILLIONS DE MORTS PEUVENT-ILS ÊTRE PLACES SOUS SILENCE MEDIATIQUE ?

Nous citoyens vivants dans des nations dîtes "libres", notamment les partisans du camp de la paix, ne pouvons demeurer silencieux devant cette tragédie, imitant en cela l'attitude indigne des médias mainstream, des intellectuels de salon et des leaders politiques qui ont une vision des droits de l'homme et de la dignité humaine à géométrie variable.

CONGO : COMMENT 6 MILLIONS DE MORTS PEUVENT-ILS ÊTRE PLACES SOUS SILENCE MEDIATIQUE ?

Les génocides, les oppressions coloniales, les massacres des populations civiles désarmées, la destruction des tissus sociaux, le déplacement des populations ne se déroulent pas qu'en Birmanie, en Palestine, en Syrie ou au Yémen, l'Afrique demeure malgré la tragédie des drames cités, la terre de tous les outrages, la mère de toutes les horreurs et le lieu possible de tous les abominables crimes contre l'humanité, de l'esclavage à la colonisation, qui ont accouché des guerres interminables qui saignent ici et là le continent, comme l'actuel conflit qui se déroule actuellement en RDC dans l'indifférence générale, malgré les millions de morts provoqué par le génocide qui s'en est suivi.

Nous citoyens vivants dans des nations dîtes "libres", notamment les partisans du camp de la paix, ne pouvons demeurer silencieux devant cette tragédie, imitant en cela l'attitude indigne des médias mainstream, des intellectuels de salon et des leaders politiques qui ont une vision des droits de l'homme et de la dignité humaine à géométrie variable.

Notre combat est de dénoncer toutes les atteintes aux droits de l'homme, tous les crimes contre l'humanité, toutes les violences qui agressent la paix dans le monde, quel que soit leur lieu de commission, quelle que soit la couleur, la religion, les origines des victimes conformément à l'article 1er de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 qui dispose que : << les hommes naissent libres et demeurent égaux en droits >>.

Le combat des alliés de la paix, les oblige en effet, à être la voix des sans voix, la voix des victimes silencieuses, des femmes, des enfants, des personnes âgées sans défense, livrées à la barbarie de la guerre comme c'est le cas aujourd'hui en République Démocratique du Congo, pour exiger en leur nom justice afin que puisse advenir la paix.

Avec affection, espoir et détermination

AbdouRahmane

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.