HIER BARAKACITY, AUJOURD'HUI LE CCIF, QUI SERA LE PROCHAIN ?

L'islam et les musulmans servent en effet à leurs corps défendants dans ce plan, "d'ennemis de l'intérieur" contre lesquels l'État tente d'organiser aujourd'hui "l'union sacrée" des français au nom de la défense de la laïcité et des valeurs de la République.

HIER BARAKACITY, AUJOURD'HUI LE CCIF, QUI SERA LE PROCHAIN ?

L'heure est grave, seule la mobilisation de la communauté musulmane et celle de tous les citoyens attachés à l'État de droit pourrait permettre de mettre un terme à cette chasse aux sorcières que l'État mène aujourd'hui en France contre l'islam et les musulmans.

En effet, cette stratégique de démantèlement des structures associatives musulmanes les plus plébiscitées par la communauté musulmane, hier l'ONG Barakacity, aujourd'hui l'association de lutte pour les droits de l'homme, le CCIF,  menée conjointement avec la prochaine introduction le 9 décembre en Conseil des Ministres du projet de loi sur le séparatisme dit "islamiste", véritable arsenal juridique répressif et liberticide qui sera promulgué contre les musulmans, démontre si besoin était, la gravité exceptionnelle du moment historique que nous sommes en train de vivre actuellement, à savoir, une islamophobie d'État décomplexée qui s'assume dans une démarche de dérive autoritaire d'État qui s'installe en France, comme en atteste le projet de loi sur la Sécurité Globale en débat actuellement au parlement.

Le gouvernement a érigé depuis le discours du 2 octobre dernier à St Denis du président de la République Emmanuel Macron, et notamment depuis les horribles actes terroristes contre Samuel PATY et contre la Basilique Notre-dame de Nice, l'islam et les musulmans comme la cause principale de tous les maux de la société française, reléguant dans le même mouvement les crises climatiques, sociales, sanitaires et sécuritaires au second plan dans une stratégie calculée du diviser pour mieux régner.

L'islam et les musulmans servent en effet à leurs corps défendants dans ce plan, "d'ennemis de l'intérieur" contre lesquels l'État tente d'organiser aujourd'hui "l'union sacrée" des français au nom de la défense de la laïcité et des valeurs de la République.

Cependant, nul n'est dupe et cette mascarade n'abuse point grand monde en France aujourd'hui, car nous sommes nombreux à savoir que cet écran de fumée ne sert d'une part, qu'à masquer les échecs du gouvernement sur les terrains de la réduction du chômage, des inégalités, du redressement des secteurs de la santé, de l'école et du défi climatique, et d'autre part, pour exhiber le cadavre des droits de la communauté musulmane qu'organisera à dessin la future loi sur le séparatisme islamiste, comme un trophée avec lequel le candidat Macron ira dans la course à la présidentielle de 2022 à la conquête des voix des électeurs de la droite et de l'extrême droite, la gauche ayant abdiqué dans ce combat depuis le mandat de Hollande-Valls.

Voilà de quoi en réalité est le nom cette cabale médiatico-politico-législative dont font l'objet aujourd'hui les musulmans en France avec la perte programmée de leur deux plus beaux emblèmes de réussite d'organisations sociales que sont Barakacity et le CCIF, en cours de dissolution orchestrées par le gouvernement.

Face à ce plan machiavélique de tous les dangers pour l'équilibre fragile de notre vivre ensemble et pour celui de la cohésion nationale, la seule alternative possible qui nous reste, c'est l'union des citoyens contre la stratégie de la division, de l'arbitraire et de la dérive autoritaire dans lesquelles ce pouvoir veut nous enfermer pour se survivre.

《Si tu n'es pas sur le champ de bataille peut importe que tu sois à la mosquée ou au bar.》
(Ali Sharî'atî)

《Le silence des pantoufles est plus dangereux que le bruit des bottes.》
(Martin Niemoller)

Avec affection, espoir et détermination

AbdouRahmane
Président de la Mosquée de Pessac

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.