UNE NOUVELLE #SHOAH EN VUE AVEC COMME VICTIMES : LES MUSULMANS

Il est utile de rappeler que le génocide des juifs qui a abouti à la Shoah a pris racine dans les cœurs des allemands sur les mêmes fondements, les mêmes clichés, les mêmes discriminations, la même politique du bouc émissaire qui a son tour a enfanté les lois d'exception en Allemagne avant de gagner la France de Vichy et le reste de l'Europe, on connaît la suite de l'histoire...

UNE NOUVELLE #SHOAH EN VUE AVEC COMME VICTIMES : LES MUSULMANS

Nous avons déjà essayé d'alerter à travers plusieurs publications, dont la plus récente " Les arguments de la Shoah réhabilités ", sur cette menace qui se fait de plus en plus pressante contre la communauté musulmane de France, et notre inquiétude s'accroît davantage quand notre analyse se trouve confirmée par celles d'acteurs de plus en plus nombreux issus des milieux politiques, intellectuels et du monde des médias même si ces derniers sont plus rares, qui abondent dans le sens de notre préoccupation, et qui à leur tour, tirent la sonnette d'alarme sur la résurgence des ingrédients qui ont conduit au drame et à l'horreur de la " Solution Finale " dont les juifs ont été victimes en Europe pendant la seconde guerre mondiale.

C'est à ce titre que nous nous sentons le devoir d'interpeller avec urgence et gravité nos responsables à l'échelle nationale et locale, à commencer par le chef de l'État, Emmanuel Macron et son gouvernement, nos élus locaux, notamment les Maires de nos communes et nos députés, les intellectuels, les médias qui sans les mettre tous dans le même sac, représentent le maillon faible de la chaîne de sécurité républicaine qu'il nous faut impérativement activer pour enrayer cette menace, mais également interpeller les artistes, les professionnels de l'éducation nationale, de la justice, de la police, les associations et l'ensemble des citoyens à travers des dialogues et des débats constructifs qui doivent déboucher sur des actions concrètes pour participer collectivement à cet effort de " guerre ", je n'ai pas peur du mot, qu'il nous faut fournir pour éviter l'irréparable.

RAISON POUR LAQUELLE IL EST IMPORTANT DE SE POSER LA QUESTION DE QUOI L'AFFAIRE TARIQ RAMADAN EST-IL LE NOM ?

Car sans vouloir remettre sur le tapis le débat en cours actuellement, particulièrement sur les réseaux sociaux, véritable baromètre de l'état d'esprit de la société, débat auquel je reconnais y prendre largement ma part, et ce depuis les premières heures de l'affaire, il s'agit de réfléchir à cette occasion sur ce que nous dit cette affaire de la place de la minorité musulmane et de la visibilité de plus en plus croissante de sa pratique religieuse au sein de la République, et surtout d'essayer de comprendre, même si certains estiment qu'essayer de comprendre c'est excuser, comment cette minorité vit sa place à l'intérieur du corps national, et comment elle vit le traitement de l'affaire Ramadan par le tribunal des médias qui lui renvoie en miroir le tribunal du procès de 5ème colonne au cœur de la nation auquel elle est régulièrement soumise.

En effet, cette affaire Tariq Ramadan que certains comparent à un remake de l'affaire Dreyfus au regard de son ampleur, a plus que tout autre sujet, créé une véritable onde de choc parmi les citoyens français de confession musulmane, eu égard à l'acharnement du tribunal médiatique que j'évoquais plus haut, aux distorsions relevées dans la procédure judiciaire menée contre lui, mais surtout au sentiment du deux poids deux mesures qui s'impose à la comparaison de cette affaire avec le traitement tout autre dont ont bénéficié d'autres personnes accusées des mêmes faits qui lui sont reprochés, et il est là l'épicentre de la frustration et de la colère des musulmans, qui y voient le symbole de la discrimination quotidienne à laquelle ils sont soumis, du déni de justice, de l'ostracisation une fois de plus de leur communauté, lesquels forment ensemble le socle de l'islamophobie qu'ils subissent aujourd'hui dans la patrie des droits de l'homme.

Il serait très dangereux et irresponsable de rejeter d'un revers de jugement condescendant ce vécu douloureux à travers lequel le corps musulman interpelle le reste de la nation avec ses craintes, ses doutes et ses interrogations sur sa place au sein de la nation française, même si à des moment ce ressenti s'exprime de façon maladroite, ce qui n'est que l'expression la plus éloquente de son adhésion au pacte républicain du vivre ensemble.

Il serait également malhonnête de prétexter que les questions qu'une partie des musulmans se posent aujourd'hui au sujet de la conduite de la procédure judiciaire dans l'affaire Tariq Ramadan témoignent d'une volonté de remise en cause de leur part des lois de la République pour imposer leur justice à " eux ", nous plongeant par cette fausse analyse, dans un face face suicidaire pour le vivre ensemble, mais surtout constitue un terrain privilégié pour libérer toutes les haines, les rejets, les fantasmes sur la théorie du remplacement, la laïcité menacée et l'incompatibilité de l'islam et des musulmans donc, avec les valeurs de la République, lesquels arguments vont légitimer l'adoption des lois d'exception pour les musulmans, à l'image de ce que Closer, le journal d'Elisabeth Levy a proposé récemment dans une de ses publications, dans la foulée de bien d'autres propositions de lois liberticides contre les musulmans dont certaines ont été votées et leurs sont désormais applicables.

Il est utile de rappeler que le génocide des juifs qui a abouti à la Shoah a pris racine dans les cœurs des allemands sur les mêmes fondements, les mêmes clichés, les mêmes discriminations, la même politique du bouc émissaire qui a son tour a enfanté les lois d'exception en Allemagne avant de gagner la France de Vichy et le reste de l'Europe, on connaît la suite de l'histoire...

C'est le retour de ce danger qui pour prendre une date repère, depuis les attentats du 11 septembre 2001 à New-York, se met insidieusement en place contre les musulmans aux Etats-Unis où l'arrivée de Donald Trump n'a rien arrangé à l'affaire, et un peu partout en Europe, et particulièrement en France, derrière le masque de la lutte contre le terrorisme et la défense de la laïcité qui serait menacée par l'islam et les musulmans.

Les guerres tragiques et les troubles qui sécouent aujourd'hui le monde musulman ne permettent malheureusement pas d'espérer en une solution provenant de ce côté-là, bien au contraire.

Aussi, il nous faut vraiment de toute urgence prendre acte de ce glissement dangereux qui est en train de s'opérer sous nos yeux, et qui chaque jour prend un peu plus de l'ampleur, et assumer nos responsabilités de citoyens investis et avertis de la mémoire du passé pour commencer à poser les digues qui nous protégeront tous demain des vagues génocidaires de ce nouvel antisémitisme musulman.

[Nous savons fort bien, de par notre propre expérience historique, qu'après le bruit de bottes vient le silence - le silence des libertés réprimées, le silence des disparus, le silence des morts.]

<< Pire que les bruits des bottes, le silence des pantoufles.>>
(Max Frisch)

Avec affection, espoir et détermination

AbdouRahmane

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.